Les États-Unis rejettent l’enquête de la CPI sur Israël à Gaza

0
16

Les États-Unis ont exprimé leur refus de l’enquête de la Cour pénale internationale sur les pratiques d’Israël à Gaza, alors que des rapports font état de l’inquiétude des responsables israéliens quant à la délivrance de mandats d’arrêt à leur encontre par la Cour basée à La Haye.

La porte-parole de la Maison Blanche, Karin Jean-Pierre, a déclaré que la Cour pénale internationale n’avait pas compétence pour rendre des jugements contre les responsables israéliens. Lors d’un point presse lundi dernier, Jean-Pierre a ajouté que la position des États-Unis concernant l’enquête en cours de la Cour internationale demeurait inchangée, soulignant leur refus de la soutenir et leur conviction que la Cour ne devrait pas intervenir dans cette affaire.

Bien que les États-Unis et Israël ne soient pas membres de la Cour, l’Autorité palestinienne y a adhéré en 2015.

Des rapports relayés par les médias israéliens ont soulevé la possibilité que la Cour pénale internationale émette des mandats d’arrêt à l’encontre du Premier ministre Benyamin Netanyahou, du ministre de la Défense Yoav Gallant et du chef d’état-major Aviv Kochavi, en réaction aux pratiques israéliennes lors de la guerre contre la bande de Gaza.

Des rapports américains ont indiqué que Netanyahou avait demandé au président Joe Biden, lors d’un appel téléphonique, d’empêcher la délivrance de mandats d’arrêt qui pourraient le viser personnellement ou des membres de son gouvernement.

Ces rapports ont également fait état d’avertissements vigoureux de membres du Congrès américain à l’égard de la Cour pénale internationale, le président de la Chambre des représentants américaine, Mike Johnson, qualifiant les mandats d’arrestation présumés de « répugnants et illégaux ».

En cas de délivrance de mandats d’arrêt, le professeur de droit international à l’université d’Essex en Angleterre, Matthew Gillett, souligne que les responsables israéliens pourraient rencontrer des difficultés à voyager vers plus de 120 pays membres de la Cour pénale internationale, ce qui isolerait davantage Israël sur la scène internationale.

Ces développements surviennent dans le contexte de la poursuite du conflit entre Israël et Gaza, où Israël continue ses opérations malgré les appels à un arrêt immédiat de la violence et à l’amélioration de la situation humanitaire à Gaza, qui souffre d’un blocus depuis 17 ans, contraignant des millions de personnes à fuir dans des conditions difficiles.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici