Renforcement des restrictions sur les importations agricoles ukrainiennes par l’Union européenne

0
21

Les membres de l’Union européenne ont convenu de resserrer les restrictions sur les importations agricoles en provenance d’Ukraine, selon la présidence belge du Conseil de l’Union européenne. Selon cet accord, l’exemption des produits agricoles ukrainiens des droits de douane sera prolongée d’un an à partir de juin, avec un plafond fixé sur les importations de volaille, d’œufs, de sucre, de maïs, de miel et d’avoine, équivalant aux niveaux importés entre mi-2021 et fin 2023.

Les États membres de l’Union européenne ainsi que le Parlement européen ont également approuvé le renforcement de ces restrictions le même jour, selon la présidence belge du Conseil de l’Union européenne. Il est prévu que cet accord soit automatiquement prolongé à la fin de la période spécifiée, avec la réintroduction des droits de douane si les importations dépassent le quota autorisé.

Cependant, aucun plafond n’a été fixé pour les importations de blé, comme demandé initialement par certains pays tels que la France et la Pologne.

Les élections de juin devraient voir la formation d’un nouveau Parlement, de nombreux candidats, en particulier des partis conservateurs et d’extrême droite, cherchant à obtenir le soutien des agriculteurs européens.

L’accord préliminaire doit être entériné lors d’une réunion des ambassadeurs de l’Union européenne lundi, et devrait être approuvé par une commission du Parlement européen mardi.

Cet accord devrait entraîner des pertes d’environ 240 millions d’euros pour les produits agricoles ukrainiens dans l’Union européenne par rapport à 2023.

Cependant, l’Ukraine souligne qu’elle ne représente qu’une faible proportion de la production d’œufs et de volaille dans l’Union européenne et compense le manque de sucre sur ses marchés.

L’Union européenne cherche à maintenir sa solidarité avec l’Ukraine et à écouter les revendications des agriculteurs européens qui estiment que les importations ukrainiennes affectent leurs marchés.

Le Parlement européen a déclaré que si des perturbations majeures survenaient sur le marché de l’Union européenne en raison des importations ukrainiennes, la Commission européenne serait autorisée à prendre des mesures rapides.

De son côté, Sandra Kalniete, membre du Parlement européen pour le Parti populaire européen de centre-droit, a souligné que l’accord renforce les garanties pour protéger les agriculteurs de l’Union européenne en cas de perturbations sur le marché dues aux importations ukrainiennes.

Cependant, le syndicat des agriculteurs de l’Union européenne a estimé que l’accord était insuffisant dans un communiqué.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici