Le Maroc se concentre sur les énergies renouvelables face à la crise du gaz

0
21

Le Maroc est devenu, un axe de focalisation sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, renforçant ainsi sa position dans les investissements et le développement de projets énergétiques. Cette initiative vise à renforcer les capacités de production d’électricité en s’appuyant sur l’énergie éolienne et solaire.

Selon un récent document économique du « Centre Méditerranéen des Études Stratégiques », les entreprises européennes cherchent à augmenter leurs investissements au Maroc à plus de neuf milliards de dollars d’ici 2030, malgré des défis croissants tels que l’impact potentiel de la crise énergétique européenne et les transformations géopolitiques.

Dans ce contexte, le chercheur social, Tahar Bekni, prévoit que le Maroc deviendra un nouveau centre stratégique et un acteur majeur dans le domaine des énergies propres, s’engageant à réduire les émissions de gaz nocifs de 45,5 % d’ici 2030. Cependant, des défis tels que les lois sur l’énergie et les obstacles réglementaires entravent la mise en œuvre des projets d’énergie renouvelable.

Le chercheur souligne également que le fort accent mis sur les grands projets devrait être accompagné du soutien aux projets de plus petite envergure pour répondre efficacement aux besoins des régions locales. Cependant, certains projets majeurs, comme le projet « Noor » pour l’énergie solaire concentrée, semblent bénéficier moins aux populations locales.

Les politiques énergétiques du Maroc font l’objet de critiques concernant l’équilibrage des intérêts contradictoires, avec l’adoption d’un modèle dominant basé sur le partenariat entre les secteurs public et privé pour tirer parti de l’aide au développement.

La stratégie du Maroc pour soutenir le mix énergétique repose sur la transition vers les énergies renouvelables, avec un accent sur la réduction de la dépendance aux combustibles fossiles et le renforcement de la sécurité énergétique. Cependant, des défis subsistent, notamment l’augmentation de la demande énergétique et les effets du changement climatique.

En tant qu’importateur net de ressources fossiles, le Maroc souffre de sa forte dépendance à l’égard des fournisseurs étrangers et des fluctuations des prix, contribuant à creuser le déficit commercial et à relever des défis économiques.

En conclusion, ces défis et opportunités nécessitent que le Maroc adopte des stratégies énergétiques intégrées axées sur la diversification et la durabilité, en mettant l’accent sur le renforcement des capacités internes et le développement de l’infrastructure des énergies renouvelables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici