Israël contracte une dette de 8 milliards de dollars depuis le début de la guerre contre Gaza.

0
28

Israël a annoncé, selon un communiqué du ministère des Finances, qu’il a contracté un emprunt d’environ 30 milliards de shekels (7,8 milliards de dollars) depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

Le ministère des Finances israélien a précisé que légèrement plus de la moitié de cette somme (16 milliards de shekels) constitue des dettes libellées en dollars, collectées à travers des émissions sur les marchés internationaux.

Le ministère a également levé 3,7 milliards de shekels sur le marché local lors d’une offre d’obligations hebdomadaires, selon l’agence Reuters.

La Direction de la comptabilité générale du ministère a déclaré que « les capacités de financement de l’État d’Israël permettent au gouvernement de financer toutes ses nécessités de manière optimale ».

La guerre d’Israël à Gaza, lancée après la bataille « Tofan Al-Aqsa » menée par le mouvement de résistance islamique (Hamas) le 7 octobre dernier, a entraîné une augmentation significative des dépenses d’Israël pour financer l’armée, ainsi que des compensations aux entreprises proches de la frontière, aux familles des victimes, et aux otages détenus par le Hamas, tandis que les recettes fiscales ont diminué.

En conséquence, Israël a enregistré un déficit budgétaire estimé à 22,9 milliards de shekels en octobre dernier, contre 4,6 milliards de shekels en septembre, faisant augmenter le déficit au cours des 12 derniers mois à 2,6 milliards.

Le ministère des Finances a déclaré qu’il continuerait à travailler « à travers tous les canaux pour financer les activités du gouvernement, y compris toutes les exigences imposées par la guerre, l’aide économique et civile au niveau national ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis de « débloquer les fonds » pour aider les victimes de la guerre, qui, selon les économistes, entraînera une forte hausse du déficit et de la dette par rapport au produit intérieur brut jusqu’en 2024.

Cependant, le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a déclaré que le gouvernement devait trouver un équilibre entre « soutenir l’économie et maintenir une situation financière saine ».

D’autre part, les agences de notation ont déjà averti qu’elles pourraient abaisser les notations d’Israël si les indicateurs de la dette se détérioraient.

Le ministère des Finances israélien avait annoncé des plans pour emprunter plus de 75% du montant enregistré le mois dernier en novembre.

Plus tôt, des estimations israéliennes préliminaires indiquent que la guerre menée par Tel Aviv dans la bande de Gaza depuis plus d’un mois, pourrait coûter au budget plus de 200 milliards de shekels (51 milliards de dollars).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici