Yaïr Lapid Premier ministre: « Je dis à tous ceux qui nous veulent du mal: ne nous testez pas. Israël saura se défendre contre toute menace » 

0
187

Yair Lapid a délivré sa première allocution en tant que Premier ministre d’Israël samedi soir. 

Saluant tout d’abord son prédécesseur Naftali Bennett et soulignant les réussites de son gouvernement sur les plans économique et sécuritaire, Yair Lapid a affirmé que l’Etat d’Israël devait être géré en recherchant le bien commun, et en s’efforçant de faire que les éventuelles divergences ne fassent pas obstacle à cet objectif. 

« Nous devons nous souvenir que nous avons tous le même objectif : un Israël juif, démocratique, libéral, grand, fort, progressiste et prospère. La vérité israélienne profonde est que sur les questions les plus importantes, nous croyons aux mêmes choses », a dit le Premier ministre.

Réaffirmant le fait qu’Israël était l’Etat-nation du peuple juif porté par des valeurs libérales, Yair Lapid a souligné la nécessité de maintenir sa puissance militaire face à ses ennemis, à commencer par l’Iran. 

« Nous pensons que la menace iranienne est la menace numéro un pour Israël. Nous ferons tout ce qu’il faut pour empêcher l’Iran d’atteindre une capacité nucléaire ou de se baser à nos frontières », a-t-il dit. 

« Je dis ici à tous ceux qui nous veulent du mal, de Gaza à Téhéran, des côtes du Liban à la Syrie, ne nous testez pas. Israël saura utiliser sa puissance contre toute menace et contre tout ennemi », a-t-il ajouté, alors que Tsahal venait d’annoncer l’interception de trois drones du Hezbollah. 

Se félicitant des accords d’Abraham, il a également déclaré qu’Israël était un pays épris de paix, « qui tend la main à tous les peuples du Moyen-Orient, y compris les Palestiniens ».

Il s’est par ailleurs engagé à renforcer la relation d’Israël avec les Etats-Unis, et à mobiliser la communauté internationale dans la lutte contre l’antisémitisme.  

Pour finir, Yair Lapid a accusé la haine et la violence politiques d’alimenter les divisions au sein de la société israélienne, et affirmé que restaurer l’unité du pays devait être une priorité. 

« Pourquoi, précisément à un moment où il existe un large consensus national sur toutes les questions importantes, les niveaux de haine au sein de la société israélienne sont-ils si élevés ? Pourquoi les divisions sont-elles aussi fortes? », a-t-il demandé.  

« La réponse est la politique. En Israël, l’extrémisme ne vient pas de la rue vers la politique, mais coule au contraire comme de la lave de la politique vers la rue. L’espace politique est devenu de plus en plus extrême, violent et de plus en plus vicieux, et il entraîne la société israélienne après lui. Nous devons arrêter cela. C’est notre défi », a-t-il martelé. 

« Dans mon bureau à la Knesset, deux photos sont accrochées côte à côte : David Ben Gourion et Menachem Begin. Deux rivaux politiques acharnés, mais aussi les deux Premiers ministres les plus importants que nous ayons eus. Ils se sont toujours battus, mais ils se sont toujours souvenus qu’ils avaient le même objectif : construire la puissance et l’image morale de l’État d’Israël », a-t-il conclu.   

I24news

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici