Netanyahu maintient la pression sur Gaza : pas de compromis sur Rafah

0
10

Le Premier ministre de l’occupation, Benjamin Netanyahu, a déclaré qu’il n’y avait aucun changement dans les objectifs de la guerre contre la bande de Gaza et qu’Israël ne consentirait pas à un règlement concernant Rafah. Netanyahu a affirmé que les forces israéliennes entreraient à Rafah indépendamment de l’existence d’un accord de cessez-le-feu ou d’un accord d’échange.

Lors de sa rencontre avec des représentants des familles des détenus à Gaza, Netanyahu a affirmé que la guerre ne cesserait pas avant que tous les objectifs ne soient atteints et qu’Israël poursuivrait son combat à Rafah pour éliminer les brigades du Hamas, qu’il y ait un accord ou non.

Il a souligné que la possibilité de parvenir à un accord d’échange était mince, car le Hamas continue de maintenir ses positions, confirmant le refus d’Israël de se retirer complètement de la bande de Gaza.

Netanyahu a précisé que l’évacuation effective des Palestiniens de la région de Rafah, au sud de la bande de Gaza, avait commencé en prévision d’une opération militaire là-bas, et que l’opération avait reçu l’approbation des membres du Conseil de la guerre.

De son côté, le ministre de la Sécurité, Itamar Ben Gvir, a déclaré que Netanyahu avait promis que l’armée entrerait à Rafah et ne mettrait pas fin à la guerre contre Gaza.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, a demandé la destruction totale de Rafah, Deir al-Balah et Khan Younis, considérant que les négociations avec le Hamas étaient inutiles.

Par ailleurs, le Commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), Philippe Lazarini, a nié toute demande d’évacuation de Rafah par les civils, exprimant son inquiétude quant à une attaque israélienne si aucun accord de cessez-le-feu n’était conclu.

Lazarini a affirmé qu’à ce jour, aucune demande d’évacuation de Rafah n’avait été formulée, mais il existe des craintes que cela se produise si aucun accord pour mettre fin à la violence n’est conclu.

D’autre part, la radio israélienne a signalé que Netanyahu avait annulé une réunion du Conseil de la guerre qui devait discuter des négociations sur la libération des détenus à Gaza.

Ces développements interviennent alors que les combats se poursuivent à Gaza depuis octobre 2023, entraînant la mort de dizaines de milliers de personnes et de nombreux blessés, et que la Palestine accuse Israël de crimes de guerre devant la Cour pénale internationale.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici