Les récentes pluies ravivent les espoirs des producteurs de plantes sucrières au bassin du Loukkos

0
18

Les fortes pluies récentes ont ravivé l’espoir des producteurs de plantes sucrières au bassin de Loukkos, où l’on prévoit une bonne récolte pour la saison agricole 2023-2024.

Le bassin de Loukkos est l’une des principales régions de culture de plantes sucrières au Maroc, en raison des conditions favorables telles que les sols riches et variés, les précipitations importantes, l’infrastructure qualifiée assurant l’irrigation continue, ainsi que la structure industrielle soutenant la culture de la betterave sucrière à Ksar El Kébir.

Selon les rapports de la Direction régionale de l’agriculture de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la superficie cultivée en betteraves sucrières s’élève à 3500 hectares, tandis que la superficie cultivée en canne à sucre atteint 3023 hectares, portant la superficie totale des cultures sucrières dans le bassin de Loukkos à 6523 hectares.

La région a enregistré depuis le début de la saison agricole jusqu’à présent une moyenne de précipitations de 351 mm, et malgré une baisse de 24 % par rapport à la saison précédente, la répartition des pluies cette année a eu un effet positif sur la croissance des plantes sucrières.

Dans ce contexte, une réunion du comité technique régional du sucre s’est tenue le 24 février 2024 avec la participation de représentants des usines de sucre « Sonabel » et « Surak », ainsi que du président de l’association des producteurs de plantes sucrières de Loukkos, pour discuter de la situation actuelle des cultures sucrières et des mesures prises pour soutenir les agriculteurs.

Les champs de betteraves sucrières semblent être en bon état, en partie grâce aux précipitations régulières et aux températures modérées, ainsi qu’aux interventions efficaces du groupe Cosumar en collaboration avec les acteurs locaux à travers un observatoire pour le suivi et la protection des plantes sucrières.

Il a été souligné la nécessité de surveiller quotidiennement l’état de santé des champs pour éviter l’apparition de maladies fongiques et d’insectes, assurer l’obtention de cultures de haute qualité, et garantir le rendement attendu.

Dans le cadre de l’amélioration de la compétitivité des plantes sucrières, plusieurs mesures ont été prises, telles que le soutien financier pour les engrais dans le cadre d’un programme visant à atténuer l’impact du stress hydrique et de la cherté des intrants agricoles, y compris les engrais azotés, avec des prix soutenus pour garantir leur disponibilité à des prix raisonnables pour les agriculteurs.

Les prix de vente des plantes sucrières, qu’il s’agisse de betteraves sucrières ou de canne à sucre, ont également été augmentés pour soutenir les agriculteurs et les encourager à cultiver ces cultures.

Par ailleurs, la mise en œuvre d’un plan de relance de la canne à sucre a été lancée dans le cadre du partenariat entre le gouvernement et la fédération professionnelle du sucre, qui se poursuivra au cours des quatre prochaines années dans le but de soutenir le secteur et d’en renforcer la productivité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici