Le président brésilien condamne la libération sous caution de Dani Alves

0
23

Le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, a critiqué la décision de la Cour espagnole de libérer sous caution la star internationale de football, Dani Alves, après sa condamnation pour viol.

Lors d’un dîner mercredi soir pour célébrer le 44e anniversaire du Parti des travailleurs, Lula a exprimé son mécontentement à l’égard de la décision du tribunal, affirmant que « l’argent possédé par Daniel Alves, et qu’il pourrait emprunter, ne peut pas compenser le crime commis contre une femme qu’il a violée ».

La justice espagnole a accepté mercredi la libération sous caution d’Alves (40 ans), condamné le mois dernier à quatre ans et demi de prison pour le viol d’une jeune femme en décembre 2022 dans une boîte de nuit à Barcelone, moyennant une caution d’un million d’euros, en attendant l’appel.

L’avocate de la victime a qualifié la décision de « justice pour les riches », soulignant son opposition à la libération sous caution en raison du risque de fuite d’Alves, l’un des footballeurs les plus titrés, vers son pays d’origine qui ne reconnaît pas l’extradition.

La semaine dernière, le président brésilien a demandé l’emprisonnement de l’ancienne star internationale Robinho, également condamné pour viol en Italie lors de son passage à l’AC Milan en 2013, estimant qu’il devait « payer le prix de son irresponsabilité » pour un crime « impardonnable ».

La Cour suprême du Brésil a rendu mercredi un verdict de neuf ans de prison à l’encontre de Robinho pour le viol, prononcé par contumace en Italie, sur le territoire brésilien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici