Cinéma : Les tournages étrangers au Maroc enregistrent des recettes record en 2023

0
105

Le Maroc est sur la bonne voie pour atteindre des revenus record pour les productions cinématographiques étrangères cette année après que la pandémie a mis fin à de nombreux projets cinématographiques les années précédentes.

L’un des films les plus remarquables tournés au Maroc était Gladiator 2 de Ridley Scott, qui disposait d’un budget d’environ 200 millions de dollars, ce qui en ferait la meilleure production étrangère de l’année.

La première version du film avait quelques scènes tournées à Ouarzazate en 1999. La deuxième édition devrait générer environ 300 millions d’AED de revenus, représentant ainsi un tiers des revenus générés l’année précédente grâce aux productions cinématographiques étrangères, selon les données du Centre Cinématographique Marocain (CCM).

Selon « Le Monde« , les restrictions imposées par la pandémie de COVID-19 ont entraîné une diminution de moitié des investissements de la production internationale au Maroc, passant de 800 millions de dirhams en 2019 à 440 millions de dirhams en 2021.

Selon des déclarations attribuées à Khalid Essaïdi, ancien directeur général du CCM, le journal français indique que les recettes provenant de la production cinématographique étrangère atteindront environ 2 milliards de dirhams cette année, établissant ainsi de nouveaux records.

Malgré sa réputation au fil des années en tant que terre de cinéma grâce à la diversité de ses paysages, de ses lieux de tournage et à la disponibilité de techniciens hautement qualifiés, les incitations offertes par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite menacent aujourd’hui les investissements cinématographiques au Maroc.

« Nous disposons d’une diversité de paysages et de lieux de tournage qui sont censés représenter l’Algérie, Le Caire, Bagdad, Téhéran, Kaboul et même le sud de la France. Cette variété de décors extérieurs ne peut être trouvée dans les pays du Golfe », a déclaré Khadija Alami, cofondatrice de la société « K Films » et productrice exécutive de la série « Homeland« .

Un autre facteur en jeu est la censure qui peut être exercée sur la production cinématographique dans les pays du Golfe, ce qui incite les réalisateurs à éviter de prendre des risques, en particulier en ce qui concerne des sujets controversés tels que l’homosexualité et la pornographie, rapporte « Le Monde« .

Pour soutenir la production d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles étrangères, le Centre Cinématographique Marocain a mis en place plusieurs critères, notamment un investissement minimal de 10 millions de dirhams. Après avoir rempli de nombreuses conditions, il est possible de récupérer 30 % des dépenses engagées.

Médias

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici