Automobile : Une industrie en pleine “réorganisation”

0
148
Workers walk past finished cars at the assembly plant of VinFast, Vietnam's first homegrown car manufacturer in Haiphong on June 14, 2019. (Photo by Manan VATSYAYANA / AFP)

Les chiffres relatifs au marché automobile au titre du premier semestre de l’année 2022, à l’import comme à l’export, montrent une dynamique mitigée, alors même que ce secteur clé de l’économie marocaine semble avoir fait preuve d’une certaine résilience durant la crise sanitaire.

Après deux années de pandémie marquées par la fermeture de plusieurs usines à travers le monde, voilà que les contextes géopolitiques et sanitaires internationaux, à l’origine d’une inflation globale, contraignent les constructeurs à la réorganisation de leurs process, en raison de la rupture d’intrants, et bouleversent les perspectives de développement du secteur automobile mondial.

La perturbation des chaînes d’approvisionnement dans le monde, notamment la pénurie des semi-conducteurs dont la demande a explosé à la réouverture des usines, impose aux constructeurs de nombreux défis organisationnels orientés vers l’intégration verticale des facteurs de production, certaines firmes ayant décidé de développer leurs propres circuits parallèlement à la conception et à l’assemblage.

Selon les statistiques disponibles, les ventes de voitures neuves sur le territoire national auraient diminué de 11,03% au cours des sept premiers mois de l’année pour s’établir à 95.544 unités. Par segment, le nombre des nouvelles immatriculations de véhicules particuliers (VP) s’est élevé à 85.771 unités à fin juillet 2022, soit un repli de 9,68%, tandis que celui des véhicules utilitaires légers (VUL) s’est chiffré à 9.773 unités (-21,34%).

Cette contre-performance tient principalement au constat de l’atonie des lignes de production qui entraîne, tout compte fait, une pénurie des véhicules eux-mêmes. Car la demande existe bel est bien, sauf que le défaut inédit et persistant des semi-conducteurs et le renchérissement d’autres composants, dont des matières premières, retardent les livraisons des véhicules neufs, réduisant mécaniquement l’offre sur le marché.

Dans ce contexte, certains constructeurs, limités dans leur production par la rareté des intrants, adoptent la stratégie du “vendre moins et gagner plus”. À travers cette politique d’écrémage, les firmes optent pour l’affectation en priorité des composants électroniques aux véhicules haut de gamme en gérant le manque de disponibilité des véhicules par une suppression des actions promotionnelles et des rabais.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici