Un an ferme pour Nicolas Sarkozy qui se pourvoit en cassation

0
73
Vincent Isore/IP3 ; Paris, France March 16, 2023 - Hearing of the Commission of Inquiry to establish the reasons for the loss of sovereignty and energy independence of France - Nicolas Sarkozy, Former President of the Republic. SARKOZY, AUDITION, POLITIQUE, ASSEMBLEE NATIONALE, SOUVERAINETE ET INDEPENDANCE ENERGETIQUE, ANCIEN PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE (MaxPPP TagID: maxnewsfrfive131547.jpg) [Photo via MaxPPP]

Cette sanction, inédite pour un ancien président français, est la confirmation en appel d’un verdict qui était tombé en mars 2021

Nicolas Sarkozy a été condamné mercredi en appel à Paris à trois ans de prison, dont un an ferme à exécuter sous bracelet électronique, pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire des écoutes, une sanction inédite pour un ancien chef de l’Etat. Son avocate a aussitôt annoncé qu’il allait se pourvoir en cassation. 

La cour d’appel de Paris a confirmé la peine prononcée en première instance, le 1er mars 2021, contre l’ancien président de la République, 68 ans, qui a écouté la décision assis sur le banc des prévenus, la mâchoire serrée.

Nicolas Sarkozy est le premier ancien président condamné à de la prison ferme, son ancien mentor Jacques Chirac s’étant vu infliger en 2011 deux ans de prison avec sursis dans le dossier des emplois fictifs de la ville de Paris.

Son avocat historique Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert ont été également reconnus coupables d’avoir noué un « pacte de corruption » avec Nicolas Sarkozy en 2014 et condamnés à la même peine.

La cour d’appel a en outre prononcé une interdiction des droits civiques de trois ans pour M. Sarkozy, ce qui le rend inéligible, ainsi qu’une interdiction d’exercer de trois ans pour Me Herzog.

Le 13 décembre, le parquet général avait réclamé trois ans d’emprisonnement avec sursis à l’encontre des trois prévenus, qui ont toujours nié toute corruption.

L’ancien homme fort de la droite a contesté « avec la plus grande force » lors du procès en appel ces accusations, réaffirmant à la barre n’avoir « jamais corrompu qui que ce soit ».

Cette décision était attendue alors que Nicolas Sarkozy sera rejugé en appel à l’automne dans l’affaire « Bygmalion » et qu’il est sous la menace d’un troisième procès retentissant: le PNF a requis jeudi son renvoi en correctionnelle dans l’affaire des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007.

Ce dossier judiciaire, qui met également en cause trois anciens ministres de l’ex-président, est indirectement à l’origine de l’affaire des écoutes.

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici