Région de Marrakech-Safi: Un potentiel économique diversifié et premier pôle touristique du Royaume

0
230

La région de Marrakech-Safi s’étend sur une superficie de 39.167 km2 et compte 4,521 millions d’habitants (RGPH22014), soit une densité de 115 habitants au km2 et une superficie de 5,5% du territoire national.

    Elle est limitée au Nord par la région du Grand Casablanca-Settat, à l’Est par la région de Beni Mellal-Khénifra, au Sud-Est par la région de Drâa-Tafilalet, au Sud par la région de Souss-Massa et à l’Ouest par l’Océan Atlantique.
La région compte huit provinces et une préfecture: Chichaoua, Al Haouz, El Kelâa des Sraghna, Essaouira, Rehamna, Safi, Youssoufia et la préfecture de Marrakech.
     Le nombre de communes est de 215 dont 18 urbaines et 197 rurales soit à peu près 14 % de l’ensemble des communes à l’échelon national. Le chef-lieu de la région est la préfecture de Marrakech.
Connue pour être une région à vocation agricole et premier pôle touristique du Royaume, Marrakech-Safi est une région dotée d’un potentiel économique aussi diversifié que complémentaire qui la place en 3ème position des régions créatrices de richesse au niveau national.
Outre l’agriculture et le tourisme, des secteurs comme l’industrie, les mines et l’artisanat, détiennent une importance prépondérante dans l’économie de la région.
Marrakech-Safi participe de 10% dans le PIB national (12% PIB secteur primaire 9,1% PIB secteur secondaire et 8,7% PIB secteur tertiaire).

Premier pôle touristique du Royaume


Première destination du Royaume, la région est dotée d’un potentiel touristique très important, grâce, notamment à la ville de Marrakech qui totalise près de 84% de l’offre touristique de la région et représente 20% de la capacité hôtelière nationale.
Forte de son infrastructure hôtelière et de grandes connections aériennes et véritable carrefour culturel et historique reconnu mondialement, cette ville accueille également de grands événements internationaux et nationaux.
En outre, la proximité des principales villes européennes (3 heures de vol), les infrastructures de haut standing, le climat ensoleillé, le paysage naturel très diversifié et un patrimoine architectural, font de cette région une destination touristique internationale.
Ainsi, le volume des nuitées dans les établissements hôteliers classés à Marrakech a connu une hausse de 12% durant les 7 premiers mois de 2018 comparativement à la même période de 2017.
Selon le Conseil régional du tourisme de Marrakech (CRT), le nombre de nuitées dans ces établissements durant la période allant de janvier à juillet 2018 s’élève à 4.678.461 nuitées, contre 4.188.185 nuitées durant la même période de l’année précédente.
Le taux d’occupation a quant à lui, atteint 56 % à fin juillet 2018, contre 50 % durant la même période de 2017.
Par nationalités, les touristes scandinaves ont enregistré la plus forte hausse (+50 %), suivis des Hollandais et des Espagnoles (+42 % chacun), des Américains (+26 %), des Allemands (+22 %), des Français (+15 %), des pays arabes (+ 8 %) et des Britanniques ( +2 % ), tandis que le marché Belge a accusé une baisse de 3 %.
Pour sa part, la durée moyenne de séjour durant la période janvier-juillet 2018 a été de 3 nuits, soit la même durée durant la même période un an auparavant.

L’agriculture, principal moteur de croissance de la région


L’agriculture est le principal moteur de croissance de la région Marrakech-Safi. En effet, celle-ci détient 22% de la surface agricole utile du pays (SAU), 18% du cheptel national et absorbe un peu plus de la moitié de la population active de la région (53%).
Par province, El Kelâa des Sraghna détient 31% suivie par Safi et Chichaoua avec respectivement 30% et 15%.
Les superficies irriguées sont de l’ordre de 301.277 ha, soit près de 16% de la SAU régionale et 24% de la SAU irriguée au niveau national, ce qui montre son importance dans la région. La caractéristique de la vocation agricole de la région est à dominante agro-sylvo-pastorale.
Du point de vue occupation des sols, les cultures céréalières prédominent avec près de 78% de la SAU, suivies de loin par les plantations fruitières, les fourragères et maraîchères, avec respectivement 9,5%, 1,8% et 1,2% de la SAU.
La part des terres en jachère est relativement importante, soit 8,8% de la SAU.
La région s’est également lancée dans des projets de valorisation et labellisation des produits de terroir (Cactus, miel, Cumin, Plantes aromatiques et médicinales).
Les périmètres irrigués dans la zone d’action de l’Agence Hydraulique du Bassin de Tensift sont caractérisés par l’importance de l’irrigation en PMH (petite et moyenne hydraulique) et l’irrigation privée avec plus de 250.000 hectares cultivés, ce qui représente la plus importante superficie des agences marocaines du bassin. Les périmètres de la grande hydraulique du Haouz qui s’étendent actuellement sur 41 mille hectares dépendent à raison de plus de 70% des eaux transférées à partir du bassin de l’Oum Er-Rbia.
La zone d’action de l’ORMVAH (Office Régional de la Mise en Valeur Agricole du Haouz) comprend: la préfecture de Marrakech (8 communes), la province d’Al Haouz (11 communes), la province d’El Kelâa des Sraghna (42 communes) et la province d’Azilal avec une seule commune.
Cependant, les performances des productions agricoles sont très dépendantes des aléas climatiques, alors que les fluctuations pluviométriques se traduisent par des variantes énormes des rendements, ce qui rend, de manière générale, les projections dans ce domaine peu fiables.

L’industrie en pleine expansion


Marrakech-Safi est une région à vocation minière. Celle-ci détient des ressources importantes et diversifiées d’ordre métallifères (zinc, plomb, cuivre, argent), de substances utiles telles que le phosphate, la barytine, la pegmatite et le sel.
Le secteur de l’industrie est en pleine expansion et occupe la deuxième position dans l’économie de la région par son importance.
Les industries les plus importantes sont celles de transformation, notamment les industries agroalimentaires, chimiques et para-chimiques.
La région de Marrakech-Safi offre aux investisseurs une multitude d’opportunités d’investissement à travers ses zones d’activités touristiques et industrielles, ainsi qu’une zone dédiée aux métiers de l’offshoring.
Ainsi, le chiffre d’affaires à l’export du secteur de l’industrie est estimé à 32 MMDH, alors que le nombre d’unités industrielles opérant dans le secteur s’élève à 635 unités, représentant 8% du nombre total des établissements industriels.
Avec ces unités, la région de Marrakech-Safi contribue à hauteur de 16 % des exportations industrielles, 6 % de l’effectif total, 8 % de la production industrielle et 10 % des investissements.
La production de cette région a été l’œuvre de 31.396 personnes. Le secteur le plus utilisateur de la main d’œuvre est le secteur des industries agro-alimentaires qui emploie 41% de l’effectif global et 86% de l’effectif saisonnier.

Première région exportatrice de produits d’artisanat


Une des forces économiques de la région, l’artisanat constitue un secteur générateur de revenus pour près de 40.000 artisans.
Il contribue au développement économique et social via la diversité et l’importance du nombre de création d’emploi. L’importance du secteur se dévoile, notamment par la génération des revenus, la création des richesses via le développement des petites et moyennes entreprises, la contribution de l’artisanat à la croissance des autres secteurs, à savoir le tourisme et le commerce et la compétitivité du produit artisanal.
Première exportatrice du Royaume de divers produits, à savoir le cuir, le textile, la ferronnerie, la menuiserie artisanale et la poterie, la région représente 20% des exportations artisanales nationales.

Une dynamique urbaine et d’investissements
La région connaît depuis quelques années une demande croissante en projets d’investissement, particulièrement dans le domaine du tourisme et de l’immobilier.
La ville de Marrakech et sa périphérie concentre la plus part de ces projets, suivie de la province de Safi et de la province d’El Kelaâ des Sraghna.
Cet engouement pour l’investissement dans l’agglomération de Marrakech et sa périphérie est dû à l’attrait qu’exerce cette ville, de par sa situation géographique (deux à trois heures de vol de la plus part des capitales européennes), son climat et sa qualité de vie. Les retombées sur l’emploi et le dynamisme créé en parallèle par d’autres activités et services ne sont plus à démontrer.
Les médinas de Marrakech et d’Essaouira ont également profité de cette situation, comme en témoignent les différents projets d’investissement dans les maisons d’hôtes et restaurants. L’impact de ces projets sur la préservation des tissus anciens est très bénéfique.
Durant les cinq dernières années, une augmentation très sensible des autorisations de construction a été constatée dans toutes les villes et communes de la région.
Cette demande concerne essentiellement les secteurs du tourisme et de l’habitat. Les directives et les procédures mises par l’Etat pour l’encouragement de l’investissement ont été bien saisies par tous les acteurs de cette région.
Ainsi, 48 projets ont été agréés par la Commission régionale d’Investissement pour un montant global de plus de 11 milliards de dirhams (MMDH) au 1er semestre 2018.
Selon le bilan d’activité du Centre régional d’investissement (CRI) de Marrakech-Safi au titre du 1er semestre 2018, sur 100 projets instruits par la Commission pour un coût d’investissement de 15 MMDH et qui devraient générer 17.965 postes d’emplois, 48 projets ont été agréés avec 11.951 emplois, 44 projets ont reçu un avis défavorable (4 MMDH avec 5.725 emplois) et 8 projets sont en cours de réexamen (0.5 MMDH avec 289 emplois).
La répartition par secteur permet de constater que 73% des projets agréés ont été présentés dans quatre secteurs, à savoir le tourisme (27%), le commerce (17%), l’enseignement (17%), et l’habitat (12%), souligne la même source.
Parallèlement aux activités liées à l’instruction des projets d’investissement dans le cadre de la Commission régionale d’investissement, le CRI a contribué durant le 1er semestre 2018 à l’étude de différentes demandes d’autorisation et à la préparation des actes relatifs notamment au secteur minier, classement touristique et débit de boissons.
Ces autorisations sont délivrées à l’issue d’un accord prononcé suite à l’examen des dossiers y afférents dans le cadre des commissions compétences, à savoir l’approbation de 77 projets d’investissements dont les porteurs ont obtenu les autorisations relatives à la recherche minière et de 53 projets d’investissement dont les porteurs ont obtenu l’autorisation de débit de boissons.
Le CRI a également délivré 1.314 certificats négatifs au 1er semestre 2018 contre 1.190 certificats durant la même période de l’année précédente, soit une hausse de 10 %.
La répartition par nature juridique fait ressortir que la Société à Responsabilité Limitée (SARL) occupe la première position avec 1.279 certificats, alors que 1.288 certificats ont été délivrés pour des personnes morales et 26 certificats pour des personnes physiques.
Au niveau sectoriel, le bilan d’activité du CRI au titre du 1er semestre 2018, souligne que quatre secteurs concentrent environ 88 % du nombre des certificats délivrés, à savoir les secteurs des services divers (48%), du commerce (17%), du BTP (13%) et du tourisme (10%).
Concernant la création d’entreprises, le nombre total des entreprises créées à fin juin 2018 s’élève à 3.204 dossiers de création contre 2.916 à fin juin 2017 (+10 %), dont 72% concernent des personnes morales (avec une prédominance du statut juridique SARL: 71,5% des dossiers déposés) et 28% de personnes physiques.
Selon la même source, les entreprises créées devraient générer un investissement de plus de 1,359 milliard de DH et créer plus de 10.899 emplois.
Par secteur d’activité, le même bilan relève que les services et le commerce sont les plus propices à la création d’entreprises, soit respectivement 42% et 33%, suivis du BTP et du tourisme avec 11% et 8% d’entreprises créées.

Une infrastructure diversifiée importante et satisfaisante


Au niveau des routes classées et du réseau autoroutier, la région dispose d’une armature routière très satisfaisante. Le transport routier joue un rôle central dans le trafic de marchandises, et le déplacement au niveau de la région de Marrakech-Safi.
La région est dotée de 18.144 Km de linéaire, 844,474 Km de routes nationales, 4153,859 Km de routes régionales, 131,45 Km de routes provinciales.
Son armature ferroviaire permet de répondre aux besoins de déplacement de la population et assure le transport de la marchandise. La gare de Marrakech est considérée comme étant la plus importante de la région et assure 90% du transport des passagers dans la région.
Le réseau ferroviaire représente 140 Km de longueur avec 5 lignes ferroviaires et 15 gares.
La région dispose également de deux aéroports, à savoir l’aéroport international Marrakech-Menara qui est doté d’équipements de haut niveau et assure presque 100 % du transport aérien des passagers dans la région et celui d’Essaouira « Aéroport Essaouira Mogador » (96.000 passagers/an).
La région dispose de deux ports: celui de Safi, qui est considéré comme le plus ancien port du Royaume et le port d’Essaouira, qui est exclusivement réservé à la pêche traditionnelle.
Par ailleurs, la région est dotée d’infrastructures sportives de toutes sortes et disciplines. L’installation sportive la plus importante est représentée par le Grand Stade de Marrakech, un stade de football et d’athlétisme.
En chiffres, la région est dotée de 118 installations sportives dont 51 concernent le football, 18 terrains de basket-ball, 12 terrains de volley-ball et 10 terrains de hand-ball.
Quant à l’infrastructure sanitaire, elle comporte des services hospitaliers et des services pour les soins de base. La densité médicale est de l’ordre d’un médecin pour 5.540 habitants, nettement supérieure à la moyenne nationale.
La région dispose de 10 hôpitaux généraux, de 3490 lits et 29 cliniques privées.

Pôle de formation de qualité et de recherche
Au niveau de la formation et de la recherche, l’Université Cadi Ayyad (UCA) est la première université au Maghreb.
Reconnue à l’international, par la qualité et la diversification de son offre de formation, l’UCA compte plusieurs établissements universitaires, situés à Marrakech, Safi, Essaouira et Kelaa des Sraghna.
L’Université polytechnique de Benguerir est une université de recherche offrant des programmes de formation d’excellence qui vise à terme un positionnement international (Word Class University). Visant le mérite et l’excellence, il s’agit d’un projet qui vise à promouvoir le rayonnement de la région sur l’échelle nationale et internationale.
La région est dotée également d’un nouveau complexe universitaire, qui permettra de dépasser les contraintes liées au congestionnement de certains établissements. Ce nouveau complexe universitaire permet à la région, à la fois de maintenir son positionnement de pôle de recherche et d’excellence et de revivifier la ville de Tamansourt et à créer une dynamique favorable au développement de plusieurs aspects de cette ville satellite.
L’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) est un institut de recherche créé, entre autres, par le ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement dans le but d’accompagner la stratégie énergétique nationale.
L’Institut est une force d’innovation pour la région puisqu’il se positionne dans le domaine de la R&D appliquée dans le domaine de l’énergie solaire et des énergies nouvelles.

Un engagement fort en faveur du développement durable
La région de Marrakech-Safi déploie de grands efforts pour protéger et valoriser son environnement, ainsi que pour assurer la pérennité de ses ressources naturelles pour les générations futures.
Dans cette perspective et afin d’anticiper les contraintes du changement climatique, plusieurs projets ont été mis en place pour encourager la prise de conscience environnementale et la promotion des énergies renouvelables, notamment les projets d’aménagement des stations de traitement des eaux usées, le Centre d’élimination et de valorisation des déchets, la station Biogaz de Marrakech, et autres projets d’envergures qui sont en cours de réalisation.
Marrakech-Safi est une région centrale, qui bénéficie d’un emplacement favorable qui lui permet de profiter au mieux pour développer une mobilité urbaine à bas carbone.
Plus que la moitié de sa surface peut être exploitée pour des projets solaires, avec plus de 3.300 heures d’ensoleillement par an et un rayonnement de plus de 6 KW/m2/jour, la région a bénéficié de la mise en place de la première plateforme de test et de recherche pour l’énergie solaire.
La région a également bénéficié de projets phares dans le secteur de l’électricité et des énergies renouvelables: -« STORE-H » : qui est une technologie permettant de produire de l’énergie zéro carbone grâce à l’hydrogène, cette solution consiste à remplacer le carburant par une pile à hydrogène contenue dans une cartouche permettant d’assurer un déplacement des véhicules sans pollution.
La convention a été signée par l’IRESEN, le Conseil régional de Marrakech-Safi, le Conseil communal de la Cité ocre, l’Université Cadi Ayyad et la société franco-suisse AAQIUS. L’accord vise l’équipement de plusieurs dizaines de milliers de véhicules roulant à l’hydrogène dans la ville de Marrakech.
-« BRT » (Bus Rapid Transit): Bus électrique à haut niveau de service et à faible teneur en carbone, qui permet d’assurer une transition vers une mobilité durable basée sur des énergies renouvelables.
– « MEDINA BIKE »: 1er système de vélos en libre-service installé en Afrique, ce projet regroupe 300 vélos répartis sur 10 stations opérationnelles 24h/24 et 7j/7, dans le cadre d’une large initiative de réduction des nuisances environnementales et de verdissement de la ville de Marrakech.
S’agissant de la filière éolienne, en plus du parc d’Amagdoul (province d’Essaouira) d’une puissance de 60 MW mis en service depuis 2007, d’autres projets éoliens verront le jour dans la région portant sur une puissance cumulée de 410 MW et un investissement dépassant 9 MMDH.
Dans le domaine de la gestion maitrisée des ressources, une convention baptisée « DÉCLARATION RÉGIONALE DE MARRAKECH POUR L’EAU (DRME) »a été signée. Cette convention vise l’économie et la valorisation des ressources hydriques, ainsi qu’une gestion collective et durable, dans le but d’économiser jusqu’à 200 Mm3 d’eau pompée de la nappe phréatique à l’horizon 2030, vers un développement socio-économique durable de la région.
La région est dotée d’un PARC PHOTOVOLTAÏQUE, une station de production d’énergie solaire, avec une installation de 3.944 panneaux sur une surface de 4.814 m2, dans le cadre d’une initiative de production électrique décarbonnée, afin de fournir l’électricité nécessaire au fonctionnement des bus électriques de la ville de Marrakech.
La région dispose aussi d’UNE STATION DE BIOGAZ à Marrakech.
Située dans la commune d’El Mnabha à 40 km de Marrakech, cette station vise la réhabilitation de l’ancienne décharge de la ville et sa transformation en électricité, à raison d’un mégawatt par an. L’unité fournira de l’électricité pour l’éclairage public, de la mobilité électrique ainsi que pour tout autre projet de service public.

Le potentiel culturel, un véritable levier de développement économique et social de la région

Le patrimoine immatériel riche de cette région compte plusieurs sites culturels classés et la majorité de ces monuments est concentrée dans les villes de Marrakech et Essaouira, certains sont répertoriés au niveau de la Province d’El Kelâa des Sraghna et la Province de Safi.
La ville de Marrakech, cité impériale millénaire fondée il y a près de 1000 ans, a une histoire hors du commun, dont elle conserve aujourd’hui encore un patrimoine culturel très riche.
En tant que cœur historique de la ville, la médina de Marrakech concentre en son sein des monuments qui raviront les amoureux d’histoire et d’architecture (Médersa Ben Youssef ou de la Koubba Almoravides, la place Jemaâ El Fna, la mosquée de la Koutoubia, le Palais Badai, le Palais Bahia, les Tombeaux Saadiens).
Essaouira est une ville fortifiée, élevée sur une presqu’île sans cesse balayée par les alizées.
La ville d’Essaouira compte de nombreux monuments tels que la Skala de la Kasba, la synagogue Simon Attia, phare de Sidi Magdoul, Bab El Marssa, l’ancienne sucrerie d’Ida Ou Gourd.
La ville de Safi possède un patrimoine historique d’une grande richesse (Médina, Kasr El Bahr, ancien Cathédral portugaise, Mosquée et Marabout Sidi Chiker, ainsi que le Musée National de la Céramique).
La région de Marrakech-Safi dispose d’un patrimoine culturel riche et diversifié, constitué notamment de moussems et festivals culturels. Il s’agit d’un levier de développement de la région étant donné sa contribution à la promotion des activités économiques et commerciales génératrices de revenus, Al-Aïta, l’Andalousie, Al Malhoune, et Gnaoua ; les moussems religieux comme celui de Sidi Chiker qu’abrite la région de Safi; le festival du Samaâ Soufi qui met en valeur le patrimoine historique des zaouias. Ce potentiel culturel et touristique peut constituer un véritable levier de développement économique et social pour la région.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici