Rabat accueille la 3ème édition de la formation spécialisée pour les observateurs électoraux de l’Union africaine

0
16

La troisième édition de la formation spécialisée pour les observateurs électoraux africains est organisée par le Royaume du Maroc en collaboration avec la Commission de l’Union africaine, jusqu’au 3 mai à Rabat.

L’ouverture de cette session sera présidée aujourd’hui, mardi, par le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et l’ambassadeur Bankole Adeoye, Commissaire de l’Union africaine aux Affaires politiques, à la Paix et à la Sécurité.

Cette formation s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Royaume du Maroc, sous la direction du Roi Mohammed VI, pour renforcer la gouvernance démocratique en Afrique, répondant ainsi aux appels des chefs d’État de l’Union africaine visant à renforcer les capacités africaines en matière d’observation électorale.

Cette troisième édition intervient dans un contexte marqué par de nombreuses échéances électorales en Afrique, reflétant le succès des deux précédentes sessions organisées à Rabat en 2022 et 2023, et renforçant le partenariat solide entre le Royaume du Maroc et l’Union africaine.

Le Maroc est le premier pays africain à former des observateurs électoraux sur le continent, et au cours de cette session, 155 observateurs bénéficieront d’une formation intensive, contribuant ainsi à la construction d’une base de données africaine solide.

Cette édition se distingue par une augmentation du nombre de participants à 81 observateurs, représentant 45 nationalités de 29 pays africains, ce qui reflète une demande croissante pour des observateurs formés conformément aux normes internationales.

Cette session accorde une attention particulière aux jeunes et à la promotion de l’égalité des sexes, en organisant la première table ronde sur les élections et la démocratie en Afrique, avec la participation d’experts du monde universitaire.

En plus des cours théoriques, les ateliers se concentreront sur les applications pratiques, tirant parti de l’expérience du Maroc dans ce domaine, grâce à la participation d’experts du ministère de l’Intérieur et du Conseil national des droits de l’homme.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici