Paris accueille une conférence internationale sur le Soudan

0
18

Aujourd’hui, lundi, s’ouvre à Paris, capitale française, une conférence internationale sur le Soudan, en conjonction avec le premier anniversaire du déclenchement de la guerre, que le gouvernement soudanais avait précédemment condamnée pour avoir été ignorée par les organisateurs de la conférence.

L’ordre du jour de la réunion, présidée par l’Allemagne, comporte deux volets : le premier volet politique au niveau ministériel pour tenter de trouver des solutions au conflit, et le second volet humanitaire visant à collecter des fonds et à fournir une assistance au Soudan, ainsi qu’une réunion regroupant environ 40 personnalités de la société civile.

Le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Christophe Lemoine, a déclaré : « L’objectif est de remettre la crise au sommet de l’agenda. Le Soudan ne doit pas être ignoré comme une crise oubliée. »

Le ministère français des Affaires étrangères a souligné que « l’attention internationale est concentrée sur d’autres questions plus que sur le Soudan », soulignant l’importance de traiter la crise soudanaise, qui est à la fois humanitaire et géopolitique.

La conférence des « donateurs » à Paris vise à remédier au sous-financement des situations d’urgence au Soudan et dans les pays voisins, où le déficit s’élève à plus de 2,5 milliards de dollars.

Sur le plan politique, les pays voisins tels que le Tchad, la Libye, le Kenya, Djibouti, le Soudan du Sud, l’Égypte et l’Éthiopie, ainsi que d’autres pays, participeront aux réunions.

La conférence devrait voir la participation d’organisations régionales et internationales, y compris la Ligue des États arabes, l’Union africaine et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), ainsi que des agences des Nations unies. Les participants espèrent parvenir à une déclaration de principes et évaluer les initiatives de paix au Soudan.

Parallèlement à la conférence, environ 40 représentants de la société civile soudanaise se réunissent à Paris pour discuter du processus de paix et de l’après-guerre.

Human Rights Watch a appelé à une « ferme réprimande » et à des sanctions internationales contre les parties belligérantes qui ont empêché l’accès et détourné l’aide humanitaire.

Ces efforts interviennent alors que la crise humanitaire au Soudan s’aggrave, près de la moitié de la population ayant un besoin urgent d’aide et les efforts de médiation internationale pour instaurer la paix étant bloqués.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici