Analyse de la réalité des prix des carburants au Maroc : Entre les politiques gouvernementales et les défis du marché

0
53

Le secrétaire général du Syndicat national du pétrole et du gaz de la Confédération démocratique du travail, Hussein El Yamani, a confirmé que selon la règle précédente en vigueur avant la décision de libéralisation des prix prise par Abdelilah Benkirane, l’ancien Premier ministre, le prix du litre de carburant devrait s’arrêter autour de 11,62 dirhams au cours de la première semaine d’avril 2024, au lieu du prix actuel de 12,90 dirhams dans les stations-service, et que le prix du litre d’essence devrait être d’environ 13,19 dirhams au lieu de 14,80 dirhams pratiqué dans les stations-service.

El Yamani, qui occupe également le poste de président de la Fédération nationale pour le sauvetage de la raffinerie marocaine de pétrole, a souligné qu’il existe des réductions parfois supérieures à 1,5 dirham par litre de carburant en vente en gros en dehors des stations-service.

El Yamani a soulevé une question importante sur la disparité des prix entre les acteurs dans les stations-service par rapport à ceux vendus aux consommateurs, ce qui laisse entendre une tentative d’inciter les consommateurs à chercher des opportunités d’obtenir du carburant en dehors des stations-service, malgré les défis juridiques.

En examinant les composantes des prix des carburants, El Yamani a expliqué que le prix du pétrole brut que le Maroc achète à l’étranger ne représente qu’une petite proportion du prix total, ce qui montre qu’il existe une grande possibilité de contrôler les prix des carburants de l’intérieur du pays plutôt que de l’extérieur.

El Yamani a également formulé quelques suggestions pour améliorer la situation, telles que l’annulation de la décision de libéralisation des prix et le retour au soutien des prix en réduisant les taxes, et en fournissant un soutien à tous les acteurs pour tirer parti de l’infrastructure existante dans les ports, ainsi que la séparation de l’activité d’importation de la distribution et la réglementation du secteur de l’énergie de manière plus efficace en créant une agence nationale de l’énergie.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici