Palestine demande un réexamen de sa demande d’adhésion à l’ONU

0
23

L’Autorité palestinienne a officiellement demandé mardi au Conseil de sécurité des Nations unies de réexaminer sa demande, déposée en 2011, pour obtenir une adhésion pleine à l’ONU, soulevant des questions sur la possibilité pour la Palestine d’obtenir une adhésion complète.

Riyad Mansour, le représentant palestinien aux Nations unies, a expliqué que l’objectif était que le Conseil de sécurité prenne une décision lors d’une réunion ministérielle prévue le 18 avril sur la situation au Moyen-Orient.

Les faits actuels indiquent que la Palestine n’est pas un État membre des Nations unies, mais qu’elle a un statut d’observateur, tout comme le Vatican.

En novembre 2012, l’Assemblée générale des Nations unies, composée de 193 États, a reconnu de facto l’État de Palestine souverain, en passant son statut de « entité » à « État non membre » de l’organisation internationale. Le vote a recueilli 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions.

Un comité du Conseil de sécurité des Nations unies a examiné la demande de la Palestine pendant plusieurs semaines pour déterminer si elle répondait aux critères d’adhésion à l’ONU, mais le comité n’a pas pu parvenir à une position unifiée, et aucun vote officiel n’a eu lieu sur l’adhésion de la Palestine.

Des diplomates ont souligné que les Palestiniens manquaient des voix nécessaires pour adopter la résolution, et même en cas de soutien suffisant, les États-Unis ont annoncé qu’ils utiliseraient leur droit de veto contre cette mesure.

Les pays cherchant à adhérer aux Nations unies présentent généralement une demande au Secrétaire général de l’organisation, qui la transmet au Conseil de sécurité composé de 15 membres pour évaluation et vote. L’approbation de la demande nécessite au moins 9 voix, et aucun veto ne doit être utilisé par les États-Unis, la Russie, la Chine, la France ou le Royaume-Uni.

Si le Conseil approuve la demande, elle est renvoyée à l’Assemblée générale pour approbation, et l’acceptation de l’adhésion nécessite l’approbation des deux tiers de la majorité des États membres.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici