Lutte contre le phénomène des chiens errants: l’Ordre national des vétérinaires s’en mêle

0
138

La polémique sur les chiens errants a refait surface cet été. Dernièrement, une touriste française a malheureusement perdu la vie après des morsures de chiens errants. Face à ce fléau, l’Ordre national des vétérinaires a publié un communiqué.

Au vu de l’escalade de ce phénomène dans les différentes régions du Royaume et des conséquences négatives qu’il peut avoir sur la santé publique ainsi que sur la sécurité des citoyens et des touristes, l’Ordre national des vétérinaires s’engage à accompagner le ministère de l’Intérieur dans sa lutte contre ce fléau.

Dans ce communiqué, l’Ordre annonce que plus de 2.000 médecin vétérinaires sont actuellement disponibles, ainsi que des professeurs chercheurs, sans parler des vétérinaires qui opèrent au sein des différents départements de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) et les collectivités territoriales.

« Toutes nos ressources seront à la disposition des autorités afin de bénéficier de leur expérience sur le terrain mais surtout de leur expérience scientifique« , explique Badre Tnacheri Ouazzani, président de l’Ordre national des vétérinaires. L’Ordre fait également appel à tous les acteurs de la société civile pour se joindre à leur cause sous le thème «One Health».

Il est à rappeler que le ministère de l’Intérieur, le ministère de la Santé, l’ONSSA ainsi que l’Ordre national des vétérinaires ont signé la convention «TNR» portant sur le fléau des chiens errants. Cette convention leur permet donc de capturer ces chiens afin de les stériliser et les soigner contre les parasites, notamment ceux responsables des kystes hydatiques.

La convention permet également de vacciner les chiens contre la rage et de placer un anneau pour les marquer avant de les remettre dans leur lieu d’origine. Le but principal de cette initiative est de limiter la reproduction des chiens errants. A l’instar de plusieurs pays du monde, cette convention demeure une solution essentielle dans la lutte contre ce phénomène.

Pour finir, l’Ordre national des vétérinaires a mis l’accent sur les efforts déployés sur tous les niveaux et en particulier sur le rôle du ministère de l’Intérieur représenté par la Direction générale des collectivités territoriales dans la lutte contre la propagation de la rage qui continue de tuer au Maroc.

SNRT

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici