L’Algérie est une fois de plus pointée du doigt pour sa violation des libertés.

0
67

L’adoption d’une résolution d’urgence, jeudi 11 mai 2023, par le Parlement européen lors d’une session plénière à Strasbourg, condamnant les attaques croissantes contre la liberté de la presse en Algérie, n’est pas passée inaperçue et a remis le régime sénile d’Alger à sa place.

En exigeant, entre autres, la libération immédiate et inconditionnelle du journaliste Ihsane El Kadi, le Parlement européen montre qu’il n’entend plus rester silencieux face à la répression menée par les autorités algériennes contre les médias indépendants du pays ou ce qu’il en reste. Bien qu’Alger soit un partenaire économique important pour l’UE après avoir quelque peu remplacé la Russie en matière de gaz, le Parlement européen a adopté la résolution à une très large majorité (536 voix pour, 4 contre, 18 abstentions).

La résolution d’urgence du Parlement européen s’inquiète de la détérioration significative de la liberté de la presse en Algérie depuis les manifestations du Hirak en 2019 et du harcèlement des journalistes, notamment le journaliste Ihsane El Kadi, directeur de Radio M et Emerging Maghreb. Les parlementaires européens appellent fermement à la libération du journaliste qui est en détention depuis fin décembre, condamné le 2 avril 2023 à trois ans de prison pour des accusations infondées. Il avait été accusé de collecte illégale de fonds, d’attaque contre la sécurité de l’Etat et l’ordre public. Sa société, Interface Media, a été dissoute et ses actifs confisqués.

Parlement européen.
Photo: la-croix

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici