Un commissaire de l’ONU appelle à aider les réfugiés syriens à rentrer dans leur pays

0
32

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé le gouvernement syrien et les donateurs internationaux à intensifier leurs efforts pour assurer le retour de millions de réfugiés syriens dans leurs foyers qu’ils ont fuis à cause de la guerre. S’exprimant en marge d’une conférence à Bruxelles dirigée par l’Union européenne, Grandi a souligné l’importance du retour volontaire des réfugiés syriens dans leur pays, soulignant la nécessité d’assurer la sécurité et des moyens de subsistance décents pour assurer leur retour.

Grandi a noté que la guerre dans la bande de Gaza et le conflit palestino-israélien plus large montraient ce qui pourrait arriver si les problèmes des réfugiés n’étaient pas résolus. Il a ajouté qu’il ne pouvait pas diriger les pays occidentaux sur la façon de traiter avec le président syrien Bachar al-Assad, mais qu’il pouvait financer le travail des organisations humanitaires en Syrie, y compris le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Grandi a expliqué que pour parvenir au retour volontaire des réfugiés, il faut qu’ils se sentent en sécurité en Syrie et qu’ils disposent de moyens de vie décents, soulignant que les autorités syriennes estiment que cela nécessite d’assurer la sécurité et de résoudre les problèmes liés aux documents officiels. Il a souligné que les progrès à cet égard sont lents et qu’il a informé Al-Assad l’année dernière de l’existence d’un « grand écart de confiance » entre lui et le peuple syrien, soulignant la nécessité de convaincre les Syriens qu’ils peuvent lui faire confiance.

De son côté, l’Union européenne a annoncé que la huitième conférence de Bruxelles sur l’avenir de la Syrie avait donné lieu à des promesses de dons d’une valeur de 7,5 milliards d’euros sous forme de subventions et de prêts pour les années à venir. Cependant, 13 ans après le début de la révolution syrienne, la controverse grandit sur le sort de plus de 5 millions de réfugiés syriens vivant hors du pays.

Au Liban, les politiciens locaux font pression pour rapatrier davantage de réfugiés syriens, car environ 800 000 Syriens sont enregistrés auprès du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, tandis que les autorités libanaises affirment que le nombre réel de Syriens dans le pays est d’environ deux millions. Cette question est également apparue à l’agenda politique européen, alors que Chypre, membre de l’Union européenne, a exprimé son inquiétude face à l’arrivée sur ses côtes d’un grand nombre de réfugiés indésirables au Liban.

Les pays occidentaux n’ont pas repris leurs relations avec le régime syrien et affirment que la Syrie n’est toujours pas un lieu sûr pour le retour des réfugiés. Certains pays arabes ont rétabli leurs relations avec Assad après le tremblement de terre dévastateur de 2023, mais ils n’ont guère réussi à le convaincre de créer les conditions nécessaires au retour des réfugiés.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici