UE : Réduire de moitié l’utilisation des pesticides chimiques d’ici 2030

0
195

La proposition de la Commission européenne de réduire de moitié l’utilisation et les risques des pesticides chimiques d’ici 2030 progresse, l’UE promettant de soutenir les agriculteurs dans la transition.

L’UE a annoncé qu’elle répondra au besoin urgent de changer de cap en matière de pesticides, tout en soutenant les agriculteurs dans leurs efforts en ce sens. 

« Les États membres pourront utiliser la politique agricole commune (PAC) pour couvrir les coûts de toutes les exigences découlant des nouvelles règles pour les agriculteurs, y compris les pratiques agricoles obligatoires imposées en vertu des règles spécifiques aux cultures pour la lutte intégrée contre les ravageurs« , a déclaré la Commission Européenne.

« Cela peut compenser les coûts supplémentaires et empêcher les augmentations de prix des denrées alimentaires. La proposition introduit cette mesure exceptionnelle pour les cinq premières années, car la Commission reconnaît la nécessité de soutenir financièrement les agriculteurs et les autres utilisateurs tout au long de leur transition vers une utilisation durable des pesticides

La Commission européenne a proposé de nouvelles règles européennes pour rendre légalement contraignant l’objectif de réduire de moitié l’utilisation et le risque des pesticides chimiques d’ici 2030, tout en éradiquant leur utilisation à proximité des écoles, des hôpitaux et des terrains de jeux.

Les États membres de l’UE devront également soumettre des rapports annuels d’avancement et de mise en œuvre à la Commission, ce qui renforcera la surveillance de l’exécutif européen.

La commissaire européenne Stella Kyriakides a annoncé dans des propos relayés par Fruitnet: « Pour nous assurer que nous livrons, les États membres fixeront leurs propres objectifs nationaux de réduction dans des paramètres définis pour garantir que les deux objectifs à l’échelle de l’UE sont atteints. Ces objectifs nationaux seront juridiquement contraignants.

L’UE resterait très active dans la recherche d’alternatives aux produits chimiques, précise toujours Stella Kyriakides.

« Nous avons proposé de nouvelles règles pour les micro-organismes, afin que ces alternatives biologiques parviennent plus rapidement aux agriculteurs« , a-t-elle déclaré. « Cette proposition est examinée par ce Parlement et sera adoptée dès que nous aurons votre accord. Plus nous investissons collectivement de ressources dans l’évaluation des produits phytosanitaires, plus nous aurons d’alternatives plus sûres.

Environ 100 milliards d’euros devraient être disponibles pour les dépenses en faveur de la biodiversité, y compris la restauration des écosystèmes. L’objectif de 2030 de réduire l’utilisation des pesticides est considéré comme suffisant pour que les agriculteurs trouvent des alternatives, a rapporté le Guardian.

« Nous devons réduire l’utilisation de pesticides chimiques pour protéger notre sol, notre air et nos aliments, et en fin de compte la santé de nos citoyens« , a déclaré Kyriakides. « Il ne s’agit pas d’interdire les pesticides. Il s’agit d’en faire une mesure de dernier recours. »

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici