Serena Williams tire sa révérence marquant la fin d’une carrière

0
72

Début septembre dernier, la superstar américaine Serena Williams avait peut-être disputé son dernier match de sa longue carrière lors de l’US Open, marquant la fin d’une carrière exceptionnelle de 27 ans.

Serena, qui a remporté notamment 23 titres aux tournois majeurs, a été la joueuse n ° 1 à la fin de l’année à cinq reprises et a totalisé 319 semaines à la première place.

Et pourtant, son chemin n’était pas parsemé de pétales de roses. Elle a grandi dans la ville de Compton, une banlieue guetto de Los Angeles, où règnent la guerre des gangs, le trafic de drogue et les violences policières.

Son père Richard Williams a quitté son emploi pour entraîner ses deux filles au tennis sur des courts publics à Compton, défiant de nombreux obstacles.

Prophétique, il prédit très tôt que ses filles seraient toutes les deux n ° 1 mondiales et que sa fille cadette serait meilleure que son aînée.

Il avait vu juste. Serena a maintenant une fortune estimée à 260 millions de dollars et compte plus d’une douzaine de partenaires commerciaux. Ses victoires lui ont permis d’accumuler près de 94 millions de dollars en 27 ans de carrière, soit deux fois plus que n’importe quelle autre athlète féminine.

L’Américaine est une icône non seulement pour ses exploits avec la petite balle jaune, mais aussi pour son impact auprès de toute une génération, en particulier parmi la communauté noire américaine.

« Serena prend peut-être sa retraite, mais son héritage perdurera du fait de l’impact qu’elle et sa sœur Venus ont eu sur les jeunes générations de femmes de couleur, dont la championne Naomi Osaka”, a souligné le magazine Forbes.

« Je pense que son héritage est vraiment immense, au point que vous ne pouvez même pas le décrire avec des mots”, a affirmé la Japonaise Osaka – une autre tenniswoman de couleur – à propos de Serena.

La jeune prodige américaine Coco Gauff – une autre femme de couleur- souligne elle aussi l’impact de Serena. “En grandissant, je n’ai jamais pensé que j’étais différente parce que la joueuse n ° 1 au monde était quelqu’un qui me ressemblait.”

Gauff a aussi déclaré qu’elle avait appris à gérer ses matchs avec assurance et confiance en regardant Serena.

« Je vois l’impact des Williams tous les jours”, souligne Nick Saviano, un entraîneur américain qui possède une académie en Floride et qui a travaillé avec des joueuses professionnelles de premier plan comme Sloane Stephens, Amanda Anisimova, Eugénie Bouchard et Gauff.

« Si je vais à un tournoi pour les joueurs de 10 ans et moins, je le vois. Je vois plus de gens d’origines ethniques différentes. Je vois des gens oser rêver grand », relève Saviano.

« Serena Williams a tellement dominé le sport que lorsque les jeunes femmes de couleur entrent dans le tennis aujourd’hui, ce n’est plus quelque chose d’étrange”, souligne Merlisa Lawrence Corbett, auteur de la biographie “Serena Williams: une championne de tennis, une légende du sport et une héroïne culturelle”.

Grâce à ses exploits sur les courts de tennis, Serena a réussi à convaincre de grandes sociétés d’investir davantage dans le sport féminin.

Jeff Kearney, responsable mondial du marketing sportif pour Gatorade, une société américaine qui produit des boissons énergétiques non gazéifiées, souligne, à cet égard, que Serena avait eu un impact permanent sur les budgets marketing partout.

Ses succès retentissants avaient ainsi convaincu Pepsico Inc. à s’associer pour la première fois à Serena en 2009, poussant ainsi la multinationale américaine à dépenser davantage pour les athlètes féminines.

“Toutes les marques et sociétés avec lesquelles elle travaille investissent, désormais, davantage dans le football féminin”, a déclaré Kearney.

L’icône américaine a travaillé avec plusieurs marques mondiales, à commencer par un parrainage avec la société allemande Puma de cinq ans au début de sa carrière, évalué à 13 millions de dollars.

Un partenariat de longue date avec Nike a suivi en 2003, qui s’est développé pour inclure un incubateur interne pour les créateurs de mode.

Delta Air Lines et JPMorgan Chase ont également été des sponsors de la star américaine.

“Le truc avec Serena, c’est qu’elle a transcendé le sport”, a déclaré Tanya Hvizdak, vice-présidente du marketing mondial du sport féminin chez Nike.

Serena semble avoir convaincu plusieurs marques de promouvoir davantage les athlètes féminines.

La marque Michelob Ultra d’Anheuser-Busch, un autre sponsor sportif majeur, a aussi travaillé avec Serena à la fin de sa carrière, avec des publicités pour le Super Bowl comme celle aux côtés de la star de la WNBA Nneka Ogwumike et de la vedette du football Alex Morgan.

Ricardo Marques, vice-président chargé du marketing auprès de Michelob Ultra, a affirmé que Serena avait joué un rôle central dans l’augmentation des budgets consacrés aux femmes dans le sport.

L’année dernière, Michelob a consacré 100 millions de dollars pour commercialiser le sport féminin sur cinq ans, s’engageant à assurer une représentation égale des femmes et des hommes en termes de sponsoring.

“Serena a été un catalyseur”, a relevé Marques. “Elle a donné confiance à des marques comme nous pour annoncer de nouveaux engagements, pour rendre ce soutien plus visible.”

L’impact de la super star américaine n’a pas épargné non plus les réseaux sociaux. Twitter Sports a annoncé que la championne américaine était l’athlète féminine la plus tweetée sur le réseau social.

Lors de la première journée du dernier l’US Open, Twitter a lancé un emoji GOAT exclusif – avec une jupe de tennis et une raquette – pour honorer le tournoi final de Serena et sa carrière fantastique.

Serena Williams a en effet changé à jamais la façon dont les marques voient les athlètes féminines. En effet, les sœurs Williams ont contribué à inaugurer une nouvelle ère de parrainages pour les athlètes féminines au cours de leurs brillantes carrières.

Alors que l’audience et le soutien continuent d’augmenter pour les sports féminins, les marques sont prêtes à continuer d’investir dans les athlètes et les ligues féminines.

Même en quittant les courts de tennis, Serena va ainsi laisser un impact durable sur la promotion du sport féminin, comme le résume Hvizdak: “Elle a été en mesure de montrer que son impact transcende la performance purement sportive. Évidemment, cela lui a fourni une plate-forme, mais son engagement dans tant d’autres aspects différents et montrant diverses dimensions d’elle-même, que ce soit en tant que mère, championne ou même designer, restera à jamais son héritage.”

Toutefois, Serena a posté fin novembre dernier une photo sur les réseaux sociaux d’une raquette de tennis avec la légende suivante « Je m’ennuie un peu ». Ce message a suscité une série de réactions en ligne, laissant entrevoir la possibilité d’un retour aux courts de tennis à la plus grande joie de ses fans à travers le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici