Le Festival du Film Francophone à Angoulême Met en Lumière le Cinéma Marocain

0
18

La dix-septième édition du Festival du Film Francophone d’Angoulême, prévue du 27 août au 1er septembre prochain, mettra à l’honneur le cinéma marocain, selon les organisateurs.

Cette année, le festival d’Angoulême, espace dédié à la découverte des richesses du cinéma francophone, offrira un regard privilégié sur les films marocains remarquables, incluant le premier long métrage marocain « L’Enfant maudit » de Mohamed Asfour, « Le Grand Voyage » d’Ismaël Ferroukhi, « Ali Zaoua » de Nabil Ayouch, « Marock » de Laïla Marrakchi, et « Adam » de Maryam Touzani, selon les informations divulguées lors de la conférence de presse organisée par les responsables de l’événement au siège de l’Institut du Monde Arabe.

Les organisateurs ont également annoncé que le Festival du Film Francophone d’Angoulême 2024 présentera en avant-première mondiale les deux longs métrages marocains « Radya » de Khouloud Asbab Benamar et « La Damnée » d’Abel Danan, ainsi que le documentaire « Événements sans importance » de Mustapha Derkaoui, soulignant que le Maroc, « terre de cinéma et de tournage », continue à se distinguer par sa capacité à inspirer les productions cinématographiques internationales.

En tout, plus de 60 films seront projetés lors de cette dix-septième édition du Festival d’Angoulême, incluant 10 films en compétition officielle et 15 avant-premières.

Le jury de ce festival a annoncé huit longs métrages sur dix qui constitueront la compétition, parmi lesquels « En Tongs au pied de l’Himalaya » de John Wax (France), « Lads » de Julian Ménétrier (France-Belgique), « Le Procès du chien » de Laetitia Dosch (Suisse-France), et « Une vie rêvée » de Morgane Simon (France-Belgique).

Ces œuvres rivaliseront pour les prix du festival décernés par un jury présidé par la célèbre actrice Christine Scott Thomas, incluant la réalisatrice et scénariste marocaine Maryam Touzani parmi ses membres.

En ce qui concerne les avant-premières, l’événement comprendra la projection du film « Tout le monde aime Touda » du réalisateur marocain Nabil Ayouch, présenté pour la première fois au Festival de Cannes, ainsi que la comédie « A l’Ancienne » de Hervé Mimran et « Le Choix du pianiste » de Jacques Otmezguine.

En marge du festival, promettant un programme riche et diversifié incluant des hommages et des expositions, une série de photographies de la regrettée photographe et réalisatrice marocaine Leila Alaoui (1982-2016) sera également présentée en collaboration avec l’Institut du Monde Arabe.

Cette manifestation artistique, lancée en 2008 pour célébrer le cinéma francophone, se déroulera dans la ville d’Angoulême, située dans la région de Charente au sud-ouest de la France.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici