Le Maroc bénéficiera de 600 millions de dollars de la Banque mondiale pour améliorer le secteur public

0
29

Le Maroc renforce son secteur public grâce à un financement de 600 millions de dollars du Groupe de la Banque mondiale

Le Groupe de la Banque mondiale a annoncé aujourd’hui à Washington son accord pour octroyer un financement de 600 millions de dollars américains au Maroc, destiné à soutenir deux programmes visant à améliorer les performances du secteur public ainsi que la qualité et l’inclusivité des services publics dans le pays.

Le premier projet, d’une valeur de 350 millions de dollars, vise à soutenir la réforme des institutions et des entreprises publiques au Maroc, en mettant l’accent sur l’amélioration de la gouvernance, la restructuration, la neutralité concurrentielle, le suivi des performances des institutions et entreprises publiques.

Selon le communiqué publié aujourd’hui par le directeur régional pour la région du Maghreb et Malte à la Banque mondiale, Jesko Hentschel, le financement supplémentaire pour le programme « Efficacité » (250 millions de dollars) continuera de soutenir les efforts du gouvernement marocain pour renforcer la performance et la transparence, en se concentrant particulièrement sur la modernisation de l’administration publique, notamment par la numérisation et les réformes de la gestion financière publique.

Les deux projets visent ultimement à renforcer le secteur public et à améliorer la qualité des services publics offerts aux citoyens marocains, alignés sur le nouveau modèle de développement du Maroc.

La Banque mondiale apportera un soutien crucial au gouvernement marocain lors des phases initiales de mise en œuvre des réformes institutionnelles et des entreprises publiques, en mettant l’accent sur les résultats et en renforçant les capacités de mise en œuvre des réformes au sein des deux agences exécutives : le Ministère de l’Économie et des Finances, en particulier la Direction des Établissements Publics et de la Privatisation, ainsi que l’Agence Nationale de Gestion Stratégique des Contributions de l’État.

Jesko Hentschel a ajouté que « la réforme des institutions et des entreprises publiques est une priorité absolue dans l’agenda du Maroc, comme l’a souligné récemment le Conseil des ministres présidé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 1er juin dernier. Dans la perspective d’un Maroc prospère, l’objectif est de restructurer le portefeuille public, d’en améliorer la performance et d’entreprendre des réformes pour garantir la prestation de services publics de haute qualité et accessibles à tous les citoyens. »

En ce qui concerne les performances du secteur public, le programme initial d’efficacité a déjà montré des résultats, notamment une augmentation d’environ 7% des recettes fiscales supplémentaires grâce à une meilleure conformité au niveau national, ainsi qu’une augmentation de 22% des revenus des dix plus grandes municipalités au niveau local.

La Banque mondiale a indiqué que ce financement supplémentaire pour le programme d’efficacité priorisera l’amélioration de l’efficacité des dépenses publiques et de la gestion des revenus, y compris l’augmentation de la transparence budgétaire pour les citoyens en ce qui concerne les dépenses publiques.

Le projet permettra également l’adoption de budgets favorables au climat, une première au Maroc, ainsi que la mise en place de budgets tenant compte des disparités entre les sexes pour huit ministères d’ici la fin du projet en 2028.

Pour plus d’informations, veuillez contacter le bureau de presse de la Banque mondiale.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici