Netanyahu a affirmé que son gouvernement ne permettrait pas l’établissement d’un État palestinien indépendant

0
30

Le gouvernement israélien, tout en annonçant unanimement son rejet de la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies recommandant au Conseil de sécurité de réexaminer l’acceptation de la Palestine en tant que membre à part entière de l’organisation mondiale, a déclaré mercredi le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, que son gouvernement avait décidé de assouplir les règles et d’augmenter considérablement le nombre de travailleurs étrangers en Israël, le pays étant confronté à une pénurie de main-d’œuvre dans le contexte de la guerre à Gaza.

Parmi les mesures prises par Israël figurent l’autorisation d’entrée de plus de 300 000 travailleurs étrangers, soit jusqu’à 3,3 % de la population. Cette décision vise à combler les lacunes économiques dans tout le pays, y compris dans la construction, l’agriculture et les soins infirmiers.

Le communiqué a précisé que l’élimination du Hamas est nécessaire pour garantir la capacité du reste des Palestiniens à gérer Gaza sans menace, soulignant que toute discussion sur l’avenir de Gaza avant l’élimination du Hamas serait vide de sens.

Dans le même contexte, le gouvernement israélien a unanimement rejeté la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies recommandant au Conseil de sécurité de réexaminer l’acceptation de la Palestine en tant que membre à part entière de l’organisation mondiale.

Commentant cette décision, Netanyahu a affirmé que son gouvernement ne permettrait pas l’établissement d’un État palestinien indépendant, le considérant comme une menace pour la sécurité d’Israël.

Il convient de noter que l’Assemblée générale des Nations unies a largement approuvé vendredi dernier une résolution recommandant au Conseil de sécurité international de revoir positivement la question de l’adhésion de la Palestine en tant que membre à part entière.

L’Assemblée générale des Nations unies a voté vendredi en faveur de la demande d’adhésion de la Palestine à l’organisation mondiale, dans une résolution symbolique en raison du veto américain au Conseil de sécurité.

Sur 193 membres des Nations unies, 143 ont voté en faveur du projet, contre neuf votes négatifs et 25 abstentions.

Bien que la résolution ne stipule pas l’octroi de la pleine adhésion des Palestiniens aux Nations unies, elle reconnaît qu’ils sont éligibles pour y adhérer, soutient la demande de la Palestine pour une adhésion pleine et entière aux Nations unies, recommande au Conseil de sécurité de réexaminer la demande, et établit des moyens d’exercer des droits et des privilèges supplémentaires liés à la participation de la Palestine aux Nations unies.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici