Netanyahu minimise les menaces de la CPI : Israël déterminé à poursuivre la guerre contre le Hamas

0
13

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a minimisé vendredi l’importance et la pertinence de toute éventuelle mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale à son encontre ou à l’encontre de tout membre de son gouvernement, affirmant que les décisions de la Cour n’affecteraient pas les actions d’Israël mais constitueront « un précédent dangereux ».

Des rapports médiatiques israéliens ont suggéré que la Cour pénale internationale pourrait émettre des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de Netanyahu, du ministre de la Défense Yoav Galant et du chef d’état-major de l’armée, Hertz Halifi, en raison des pratiques israéliennes lors de sa guerre contre la bande de Gaza.

Netanyahu a qualifié la menace contre Israël de scandale, insistant sur le fait qu’elle est « le seul État démocratique au Moyen-Orient », et a annoncé la poursuite de la guerre contre le Hamas jusqu’à la réalisation de la victoire et le refus de cesser de se défendre.

La chaîne israélienne 12 a indiqué que la Cour pénale internationale examine la possibilité d’émettre des mandats d’arrêt contre Netanyahu et d’autres hauts responsables pour violation du droit international et pour avoir commis des crimes de guerre à Gaza.

Il a été signalé que Netanyahu a tenu une réunion avec les ministres des Affaires stratégiques, de la Justice et des Affaires étrangères pour discuter de la question et a demandé l’aide des alliés occidentaux, en particulier des États-Unis.

La question devant la Cour pénale internationale concerne les crimes de guerre à Gaza, tandis que la Cour internationale de Justice traite des litiges entre États.

Israël continue cette guerre malgré la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies appelant à un cessez-le-feu, et malgré l’appel de la Cour internationale de Justice à prendre des mesures pour prévenir le génocide et améliorer la situation humanitaire à Gaza.

Depuis 17 ans, Israël assiège la bande de Gaza, contraignant deux millions de Palestiniens à fuir dans des conditions difficiles.

Il convient de noter qu’il y a environ 1,7 million de réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza, ceux qui ont perdu leurs maisons pendant la guerre de 1948.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici