Report des pourparlers Israël-Hamas : une lueur d’espoir ouvre la voie à de nouvelles négociations

0
26

Le gouvernement israélien a reporté l’envoi d’une délégation dirigée par le chef du renseignement extérieur israélien (Mossad), David Barnea, pour des pourparlers sur un échange de prisonniers au Caire, en réponse à une description « positive » du mouvement de résistance islamique (Hamas) par la radio officielle israélienne samedi.

La nature de la réponse « positive » attendue du Hamas n’a pas été précisée par la radio, mais les demandes du mouvement ont été précédemment rejetées lors des négociations à Doha et au Caire, notamment le retour inconditionnel des déplacés dans le nord de la bande de Gaza, le retrait total de Gaza et un arrêt permanent des hostilités.

La radio officielle a indiqué que le gouvernement israélien n’avait pas encore décidé d’envoyer sa délégation dirigée par le chef du Mossad pour les pourparlers sur les prisonniers qui débutent dimanche au Caire, ajoutant que si l’accord sur l’envoi de la délégation était conclu, cela se ferait après-demain, lundi.

Une délégation du Hamas est attendue au Caire pour des pourparlers de médiation qataro-égyptiens, les pourparlers commenceront demain dimanche en présence du directeur de la CIA, William Burns.

Le journal « Wall Street Journal » a rapporté que le président américain Joe Biden a demandé au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de parvenir à un règlement avec le Hamas concernant le retour des Palestiniens dans le nord de la bande de Gaza.

La chaîne américaine « NBC » a rapporté que Biden avait demandé à Netanyahu d’accepter un cessez-le-feu et d’élargir les pouvoirs de la délégation de négociation.

Biden a expliqué à Netanyahu que si celui-ci n’acceptait pas un cessez-le-feu, les relations changeraient considérablement, selon la chaîne américaine.

Israël avait précédemment proposé lors des négociations de permettre le retour de 2 000 déplacés chaque jour dans le nord de la bande de Gaza, principalement des femmes et des enfants, avec un retour maximal de 60 000 Palestiniens, à l’exception des hommes âgés de 18 à 50 ans.

Tel Aviv a souligné que ceux qui souhaitent retourner vers le nord devront passer par des points de contrôle militaires israéliens pour empêcher les membres du Hamas de s’infiltrer à nouveau vers le nord.

Le Hamas a rejeté les conditions israéliennes, affirmant ses demandes de retour inconditionnel des déplacés et d’un arrêt permanent des hostilités, estimant que l’entêtement israélien rend les négociations comme un « cercle vide ».

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici