Les organisations humanitaires déclarent : Notre protection à Gaza relève de la responsabilité d’Israël

0
24

Des organisations humanitaires internationales ont déclaré jeudi qu’elles étaient incapables de faire davantage pour protéger leur personnel dans la bande de Gaza, affirmant que la responsabilité de leur protection incombe à Israël, tandis que l’ONU appelle à une coordination humanitaire directe avec l’armée israélienne.

La colère mondiale a augmenté en raison de la crise humanitaire dans ce territoire palestinien, peuplé de 2,3 millions d’habitants, après une frappe aérienne israélienne lundi ayant tué 7 personnes travaillant pour l’ONG « Central Kitchen ».

Les Nations unies ont confirmé qu’au moins 196 travailleurs humanitaires ont été tués au cours des six derniers mois de guerre en cours.

Malgré la suspension de certaines organisations humanitaires, aucun retrait de Gaza en raison des attaques répétées n’a été annoncé, bien que l’ONU ait mis en garde contre le risque de famine.

Les autorités israéliennes ont été informées par les Nations unies et les organisations humanitaires internationales à Gaza de leurs sites et de leurs mouvements, et une communication quotidienne a été confirmée.

Les États-Unis ont qualifié mardi de « inacceptable et injustifié » le fait que l’armée israélienne ne prenne pas de mesures pour éviter de nuire au personnel humanitaire.

L’ONU a demandé un renforcement des contacts directs avec l’armée au lieu de la coordination militaire civile actuelle.

Le ministère israélien de la Défense a annoncé mardi un renforcement de la coordination avec les organisations humanitaires internationales.

Basée à Oxfam, Basma Al-Khaldi a souligné que les règles de la guerre exigent des combattants de distinguer entre les cibles militaires et le personnel humanitaire, ajoutant que les organisations humanitaires rendent leur personnel aussi visible que possible pour les protéger.

José Andrés, fondateur de « Central Kitchen « , a souligné le ciblage délibéré par Israël du personnel humanitaire. Le gouvernement israélien a répondu en disant que ce n’était « pas intentionnel ».

L’UNRWA a confirmé que ses installations ont été frappées par plus de 300 raids et que 177 membres du personnel ont été tués. Elle a ajouté que plusieurs convois ont été pris pour cible malgré la coordination avec l’armée israélienne.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici