le Maroc définit les critères de licence pour les médicaments dérivés du cannabis

0
12

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, a mis en place une nouvelle réglementation régissant le processus d’enregistrement des médicaments à base de chanvre indien pour un usage humain, sous certaines conditions.

Le document comprenait des détails sur la nature de ces médicaments et les exigences nécessaires pour soumettre une demande d’autorisation de les mettre sur le marché, qui doit être présentée à la Direction des médicaments et de la pharmacie relevant du ministère.

Cette réglementation s’est appuyée sur les lois en vigueur, notamment la loi n° 13.21 concernant les usages légaux du chanvre indien, et la loi n° 17.04 qui réglemente les lois sur les médicaments et la pharmacie, ainsi que les réglementations connexes sur ce sujet, définissant le contenu actif « tétrahydrocannabinol, responsable de l’effet psychotrope, à une proportion ne dépassant pas 1 pour cent, comme condition essentielle pour la fabrication de ces médicaments.

Le document a précisé que l’ingrédient actif du médicament à base de chanvre indien serait préparé par une technique de concentration, que ce soit à partir de ses feuilles, de ses racines ou de toute autre partie, tandis que le processus d’enregistrement du médicament sera soumis aux dispositions du décret régissant l’autorisation des médicaments à usage humain. Le marché du chanvre médical représente environ 60 pour cent du marché mondial légal, ce qui offre de grandes opportunités au Maroc pour bénéficier de cette industrie.

La réglementation comprenait deux procédures pour obtenir l’autorisation de mettre le médicament sur le marché, la procédure standard nécessitant la soumission d’un dossier complet comprenant plusieurs unités liées aux données administratives, à la qualité clinique et non clinique. Quant à la procédure simplifiée, elle dispense les demandeurs de certaines restrictions, facilitant ainsi le processus d’enregistrement.

L’utilisation du chanvre indien en médecine permet plusieurs formes pharmaceutiques différentes, notamment les solutions, les teintures, les comprimés, les huiles, les capsules et les patchs, ce qui élargit sa gamme d’utilisation et fournit un traitement aux patients.

Une étude réalisée par le ministère de l’Intérieur indique des prévisions d’augmentation des revenus découlant des utilisations médicales et pharmaceutiques du chanvre indien, dans le cas où le Maroc réussirait à pénétrer le marché européen avec une part variant entre 10 et 15 pour cent, renforçant ainsi la position économique de ce secteur dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici