Le tunnel ferroviaire Maroc-Espagne refait surface

0
20

L’ambitieux projet de construction d’un tunnel ferroviaire sous-marin reliant l’Espagne et le Maroc, envisagé dès 1979, a été relancé suite à l’amélioration des relations diplomatiques entre les deux pays.

Actuellement, le transport de passagers et de marchandises entre l’Espagne et le Maroc s’effectue principalement par ferries. Cependant, le projet du tunnel sous-marin, s’il se concrétise, devrait grandement faciliter ces échanges, renforçant ainsi les liens économiques, sociaux et culturels entre les deux nations. Il est également prévu que le tunnel soit opérationnel avant la Coupe du Monde de 2030, co-organisée par l’Espagne, le Portugal et le Maroc. L’objectif est de lancer les travaux d’ici 2030.

Long de 38,5 kilomètres dont 28 kilomètres sous la mer, il relierait Malabata, près de Tanger, au Maroc, à Punta Paloma, en Espagne, et comporterait deux tunnels ferroviaires ainsi qu’une galerie de services et de secours. Ce projet, dont la faisabilité technique a été confirmée, représente un lien stratégique entre l’Afrique et l’Europe, promettant une révolution à plusieurs niveaux dans les relations entre les deux continents. Le gouvernement espagnol, avec un budget initial de 750 000 euros, a mandaté une étude pour évaluer la viabilité de ce projet titanesque. 

Ce projet bénéficie du soutien de plusieurs acteurs internationaux, dont l’Union européenne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine mais également le Japon, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. De plus, des institutions financières internationales, telles que la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement, et la Banque Islamique de Développement, ont exprimé leur soutien.

A terme, le tunnel sous-marin hispano-marocain, en plus de réduire les coûts de transport et de logistique, favoriserait les échanges commerciaux et les déplacements humains, consolidant ainsi les relations entre l’Europe et l’Afrique. Avec une capacité estimée de transit de plus de 13 millions de tonnes de marchandises et 12,8 millions de passagers annuellement, ce projet pourrait marquer un tournant significatif pour le développement économique de la région méditerranéenne occidentale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici