Afrique du Sud : Israël enfreint les décisions de la Cour internationale de justice.

0
60

La ministre des Relations internationales et de la Coopération en Afrique du Sud, Naledi Pandor, a déclaré que ce qui se passe dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, ainsi qu’à Rafah récemment, confirme « les allégations que nous avons faites » devant la Cour internationale de Justice selon lesquelles un génocide se déroule dans les territoires palestiniens occupés.

Lors d’une déclaration à la presse lors de la réunion du Conseil exécutif des ministres des Affaires étrangères de l’Union africaine dans la capitale éthiopienne, jeudi dernier, Pandor a estimé qu’Israël viole les décisions de la Cour internationale en poursuivant ses attaques à Gaza.

La ministre a également souligné que ce qui est vraiment préoccupant, c’est que le monde a permis à Israël d’ignorer ces décisions et que personne n’a pris de mesures, comme le déploiement d’une force de maintien de la paix, « pour protéger les civils innocents ».

Pandor a également condamné les crimes israéliens contre les journalistes, déclarant : « Si plus de 170 journalistes étaient tués dans un conflit en Afrique, je suppose que le monde entier et les médias en parleraient, mais c’est acceptable lorsque c’est Israël qui le fait ».

L’Afrique du Sud avait déposé mardi dernier une demande urgente devant la Cour internationale de Justice pour utiliser ses pouvoirs complets afin d’arrêter l’opération militaire qu’Israël prévoit de mener dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

La demande de Pretoria a suscité l’indignation de Tel Aviv, qui a demandé hier à la Cour internationale de rejeter cette demande, estimant que les mesures d’urgence prises il y a trois semaines couvrent déjà « la situation des combats à Gaza dans son ensemble » et que la Cour devrait rejeter cette demande.

Jusqu’à hier, l’agression israélienne contre Gaza avait fait 28 663 Palestiniens tués et 68 395 blessés, dont la plupart sont des enfants et des femmes, en plus de milliers de disparus sous les décombres, selon les autorités palestiniennes.

Elle a également causé une destruction massive et une crise humanitaire catastrophique sans précédent, avec une pénurie de nourriture, d’eau et de médicaments, et le déplacement d’environ deux millions de Palestiniens, soit plus de 85% de la population de la bande de Gaza, selon les Nations unies.

Pour la première fois depuis sa création en 1948, Israël est confronté à la justice internationale, la plus haute instance judiciaire des Nations unies, pour des crimes de génocide commis contre les Palestiniens.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici