Le président argentin annonce le déménagement de l’ambassade de son pays à Al Qods. 

0
39

Le président argentin, Javier Milei, a annoncé hier, mardi, lors de son arrivée en Israël, le transfert de l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem, tandis que le mouvement de résistance islamique (Hamas) a condamné la décision, la qualifiant de violation du droit international.

Cela est survenu lors de la réception du ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, Milei à Tel Aviv, lors de sa première visite diplomatique en tant que président de l’Argentine, selon le ministère israélien des Affaires étrangères.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré que Lapid avait remercié le président argentin pour sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.

À son arrivée, le président argentin s’est rendu au Mur occidental à Jérusalem, et sa visite devrait inclure une réunion avec des habitants du sud d’Israël et des familles de détenus.

Milei devrait également rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mercredi.

Pour sa part, le mouvement Hamas a condamné la décision de l’Argentine de transférer son ambassade en Israël à Jérusalem, la qualifiant de violation des droits des Palestiniens et du droit international.

Hamas a appelé le président argentin à revenir sur cette décision, qu’il a qualifiée d' »injuste et erronée ».

Hamas estime que la décision place l’Argentine du côté du partenaire de l’occupant dans ses violations contre le peuple palestinien et ses droits nationaux sur sa terre et ses lieux saints.

À ce jour, la grande majorité des pays ont évité de transférer leurs ambassades à Jérusalem, à l’exception des États-Unis, du Kosovo, du Guatemala, du Honduras et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L’Autorité palestinienne, ainsi que les pays arabes et islamiques, ont à maintes reprises appelé les pays à éviter de transférer leurs ambassades à Jérusalem.

La communauté internationale refuse que Jérusalem – dans ses deux parties, est et ouest – soit la capitale d’Israël. Sa partie ouest est sous contrôle israélien depuis la Nakba en 1948, tandis que sa partie est a été occupée lors de la guerre de 1967.

Il convient de noter que la résolution 478 du Conseil de sécurité des Nations unies de 1980 a affirmé que « toutes les mesures israéliennes à Jérusalem » étaient « nulles et non avenues ».

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici