Pékin se retire des négociations avec Washington sur le climat

0
205

La Chine multiplie les mesures de représailles après la visite de la responsable américaine Nancy Pelosi sur l’île de Taïwan.

Quatre jours après la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, la Chine continue de déployer un arsenal de représailles. Vendredi 5 août, Pékin a annoncé son retrait de plusieurs sujets de coopération avec les Etats-Unis, notamment sur le rapatriement des migrants illégaux, le trafic de drogue, mais aussi le climat. Une décision jugée « irresponsable » par Washington, qui estime que Pékin surréagit à la visite de Mme Pelosi. La présidente de la Chambre des représentants est la plus haute dignitaire américaine à s’être rendue à Taïwan depuis vingt-cinq ans, un affront pour Pékin, qui revendique sa souveraineté sur l’île, indépendante et démocratique.

Pékin a aussi annoncé des sanctions plus symboliques contre Mme Pelosi et sa famille, et continue d’effectuer, depuis le 4 août, des exercices militaires de grande ampleur autour de Taïwan. Jeudi, au moins un missile chinois a survolé l’île, une provocation rare. Samedi 6 août, les autorités taïwanaises ont annoncé avoir détecté de « multiples » avions et navires chinois dans le détroit de Taïwan, entre l’île et la Chine continentale. « Certains d’entre eux ont franchi la ligne médiane » qui coupe en deux le détroit, et « sont considérés comme menant une simulation d’attaque contre l’île principale de Taïwan », a indiqué le ministère de la défense taïwanais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici