Les Canaries en Colère : Les Habitants Réclament un Limite au Tourisme

0
17

Des milliers de personnes ont pris d’assaut les rues des îles Canaries ce samedi pour exiger une refonte immédiate de l’industrie touristique de cet archipel espagnol.

Les manifestants exigent une restriction du nombre de touristes, soulignant que le modèle actuel, en place depuis des décennies, rend la vie des résidents locaux à la fois coûteuse et écologiquement insoutenable.

Les manifestations, organisées sous le slogan « Canarias tiene un límite » (Les Canaries ont une limite), bénéficient du soutien d’organisations environnementales telles que Greenpeace, WWF, Ecologists in Action, Friends of the Earth et SEO/Birdlife.

« Nous demandons un changement dans le modèle de croissance illimitée du tourisme, explique Rosario Correa, secrétaire de la plateforme « Salvar Chira-Soria ». Nous ne sommes pas contre le tourisme, nous sommes contre un modèle qui nous a conduits à la détérioration de notre terre, de notre peuple, parce que les profits et la croissance du tourisme ne se reflètent pas dans la société. »

Des militants affirment que l’afflux insoutenable de touristes est en train de ruiner la vie des résidents dans ce haut lieu de villégiature. Des témoignages indiqueraient que certains habitants dorment désormais dans des voitures et des grottes en raison de la flambée des prix de l’immobilier.

Des panneaux visant à dissuader les touristes
Une autre initiative locale consiste en la pose de faux panneaux et autocollants proclamant « fermé en raison de la surpopulation », dans le but de décourager les touristes de se rendre dans les endroits surpeuplés.

Le mois dernier, des panneaux « Ne pas entrer » ont fait leur apparition près de sites populaires sur l’île de Lanzarote, et certaines zones ont été fermées.

Sur les réseaux sociaux, les militants ont écrit : « Il est temps de boycotter, avec les moyens à notre disposition, l’activité touristique qui nous dépossède de notre propre terre ».

À proximité d’autres attractions prisées, des graffitis hostiles au tourisme sont également apparus, portant les messages : « Ma misère, ton paradis » et « Touristes, rentrez chez vous ».

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici