Le président américain : Nous appelons à la nécessité de protéger les hôpitaux à Gaza.

0
37

Le président américain Joe Biden a appelé Israël, lundi, à protéger l’hôpital al-Shifa, le plus grand de la bande de Gaza, alors que les combats violents se poursuivent entre les forces israéliennes et le Hamas autour de cet établissement.

Biden a déclaré aux journalistes, lorsqu’on lui a demandé s’il avait exprimé ses inquiétudes à Israël à ce sujet : « L’hôpital doit être protégé », selon ce qu’a rapporté l’Agence France-Presse. Biden a ajouté : « Il y a des efforts pour utiliser le cessez-le-feu pour traiter la libération des otages », précisant que des négociations à ce sujet sont en cours avec le Qatar.

Dans le même contexte, la Maison Blanche a déclaré ce lundi qu’Israël partageait le point de vue de l’administration Biden sur la nécessité d’éviter les combats dans les hôpitaux de Gaza.

Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, a déclaré que le gouvernement israélien avait également indiqué qu’il était prêt à fournir du carburant aux hôpitaux pour garantir leur capacité à continuer de fonctionner.

Il a ajouté que Washington continue de travailler pour sauver les otages détenus par le Hamas, soulignant la nécessité d’acheminer davantage d’aide humanitaire pour soulager la souffrance des civils à Gaza.

Sullivan a déclaré : « Les États-Unis poursuivent les discussions avec Israël sur l’importance de parvenir à un cessez-le-feu humanitaire tactique ». Et d’ajouter : « Les hôpitaux de Gaza doivent être en mesure de fonctionner pour fournir des soins médicaux aux patients. Nous avons dit au gouvernement israélien que nous ne voulons pas de combats dans les hôpitaux ».

Le porte-parole du ministère de la Santé de Gaza, Ashraf al-Qudra, depuis l’intérieur de l’hôpital, a déclaré que 32 patients, dont trois nouveau-nés, avaient perdu la vie au cours des trois derniers jours en raison du siège de l’hôpital et de la coupure de courant.

Au moins 650 patients se trouvent encore à l’intérieur de l’hôpital, ressentant le désespoir en raison de l’impossibilité de les évacuer vers une autre installation médicale, que ce soit de la Croix-Rouge ou de toute autre agence neutre.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici