L’Allemagne envisage de punir les universitaires favorables à la Palestine

0
20

L’Allemagne connaît actuellement une intense controverse sur le soutien des universitaires aux voix solidaires avec la Palestine, alors que le ministère allemand de l’Éducation et de la Recherche a ouvert une enquête sur la possibilité de suspendre le soutien financier aux universitaires qui ont signé une lettre ouverte critiquant les violences policières à l’égard de la Palestine. étudiants protestant contre la guerre israélienne contre Gaza.

Ces événements se sont produits à l’Université libre de Berlin le 7 mai, lorsqu’environ 150 étudiants ont organisé un camp de protestation en solidarité avec la Palestine, ce qui a conduit à l’intervention de la police, à la dispersion de la manifestation et à l’arrestation d’un certain nombre d’étudiants. Suite à ces développements, plusieurs professeurs de diverses universités allemandes ont exprimé leur soutien aux étudiants en signant une lettre ouverte condamnant les violences policières et défendant le droit des étudiants à manifester pacifiquement.

Cette lettre a bouleversé la ministre fédérale de l’Éducation et de la Recherche, Bettina Stark-Fatzinger, qui a incité le ministère à ouvrir une enquête pour connaître les motivations des universitaires signataires de la lettre et à envisager la possibilité de supprimer les subventions qui leur étaient accordées. Le ministère a confirmé dans sa déclaration que la lettre ouverte relevait de la liberté d’expression garantie par la Constitution et qu’aucune conclusion immédiate n’a donc été tirée concernant cette lettre, mais les enquêtes sont toujours en cours.

D’autre part, Clemens Artz, professeur à la retraite de droit constitutionnel et administratif, a considéré la demande du ministère comme une tentative d’ingérence dans la liberté d’expression, avertissant que cela pourrait entraîner des conséquences telles que le retrait du soutien financier, ce qui serait considéré comme une ingérence dans la liberté universitaire. liberté.

Ce débat sur la liberté d’expression et les droits universitaires met en lumière les tensions croissantes en Allemagne sur les positions politiques liées au conflit israélo-palestinien et sur la manière de les gérer au sein des cercles universitaires et politiques.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici