La guerre contre Gaza fait augmenter les prix des transports publics en Israël

0
13

Les pressions financières résultant de la guerre en cours dans la bande de Gaza ont provoqué une augmentation des prix des transports publics en Israël. À partir de juillet prochain, les prix des abonnements mensuels seront augmentés de 5 %, tandis que les prix des voyages individuels en bus passeront de 5,5 shekels (1,48 $) à 6 shekels (1,61 $). Quant aux prix des trains légers, ils atteindront 8 shekels (2,15 dollars), selon ce que rapporte le journal économique israélien Globes.

Politiques gouvernementales : Le ministère des Transports a précisé que la ministre des Transports Miri Regev discuterait de la question avec le ministre des Finances Bezalel Smotrich. Cependant, il ne semble pas y avoir de ressources budgétaires pour soutenir l’augmentation des tarifs étant donné les pressions de la guerre sur Gaza et les dépenses militaires en cours.

Facteurs de détermination des tarifs : les tarifs des transports publics sont liés aux prix des intrants, du carburant, des salaires et de l’assurance. Les tarifs sont révisés chaque année en juillet par un comité composé de représentants du ministère des Finances et du ministère des Transports.

Mesures financières : Israël cherche à réduire ses dépenses à mesure que ses dépenses militaires augmentent. Le ministère des Finances a présenté une proposition qui comprend une réduction globale des dépenses des ministères dans le budget de l’année prochaine de 5 %, pour un montant de 3,5 milliards de shekels (940,2 millions de dollars). Ces mesures visent à réduire le déficit budgétaire attendu pour l’année prochaine d’environ 3,8% du PIB.

Actions supplémentaires suggérées :

  • Réduire les salaires des cadres supérieurs du secteur public.
  • Reporter la prochaine série d’augmentations de salaire dans la fonction publique.
  • Réduire les allocations aux partis de la coalition de 2 à 4 milliards de shekels (534,2 millions de dollars et 1 milliard de dollars).
  • Abolition des ministères inutiles.
  • Augmenter le taux de taxe sur la valeur ajoutée à 19 % (qui devrait passer de 17 % actuellement à 18 %).

Plans de secours : ces plans resteront probablement de secours au cas où les affrontements dans le nord avec le Hezbollah se transformeraient en une guerre totale, nécessitant des sources de financement immédiates.

Impact de la guerre sur l’économie :

Ces mesures reflètent l’impact de la guerre en cours à Gaza sur l’économie israélienne. Alors que les dépenses militaires se poursuivent et que les tensions augmentent, le gouvernement cherche à trouver un équilibre entre la satisfaction des besoins militaires et le maintien de la stabilité économique interne.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici