La filière laitière au Maroc : défis et soutien du gouvernement aux éleveurs et producteurs

0
97
Filière laitière au Maroc, entre défis et soutien étatique aux éleveurs et producteurs
Photo by Nestlé on Flickr Licensed under Creative Commons: Attribution-NonCommercial-NoDerivs 2.0 Generic (CC BY-NC-ND 2.0)

La filière laitière au Maroc fait face à de nombreux défis qui mettent en péril sa production. Entre une sécheresse historique, les conséquences de la pandémie et la guerre en Ukraine, les éleveurs et les producteurs de lait font face à des difficultés considérables.

Une baisse de la production laitière au Maroc

La production annuelle de lait au Maroc a connu une baisse significative, passant de 2,55 milliards de litres à seulement 2 milliards de litres, soit une diminution de 21%. Cette baisse s’explique par plusieurs facteurs, tels que la diminution du nombre de vaches laitières et l’augmentation vertigineuse du prix des aliments pour le bétail, qui a atteint près de 88%. Face à cette situation, de nombreux éleveurs ont été contraints de vendre leur bétail et de chercher de nouvelles opportunités professionnelles.

Les défis qui pèsent sur la filière laitière marocaine

Plusieurs facteurs expliquent cette baisse de la production laitière au Maroc. Tout d’abord, la sécheresse prolongée et l’augmentation du prix des aliments pour le bétail ont un impact direct sur les éleveurs. En effet, la diminution des ressources en eau et la hausse des prix des aliments pour le bétail rendent l’élevage de vaches laitières de plus en plus difficile.

En outre, l’arrêt de l’insemination artificielle et de l’importation de génisses pendant la période de la Covid-19 a également contribué à cette chute de la production laitière. Les restrictions liées à la pandémie ont entravé les échanges commerciaux et ont rendu l’importation de génisses plus difficile, limitant ainsi la possibilité d’accroître le cheptel laitier.

La guerre en Ukraine a exacerbé cette situation déjà tendue. En effet, cette guerre a entraîné une augmentation des coûts des intrants essentiels à l’élevage, tels que les aliments pour le bétail, le transport et les emballages. Ces hausses de prix ont eu un impact sur les coûts de production des éleveurs marocains, qui ont dû faire face à des marges de plus en plus réduites.

Les races laitières prédominantes au Maroc

Au Maroc, deux races de vaches sont particulièrement prisées pour la production laitière : la Holstein et la Montbéliarde. La Holstein, une race spécialisée dans la production laitière, est la plus répandue, avec une production moyenne annuelle d’environ 3 000 litres par vache. La Montbéliarde, une race mixte, est également élevée pour la production laitière, mais sa production est inférieure à celle de la Holstein.

Les mesures prises par le gouvernement pour soutenir la filière laitière

Face à cette situation critique, le gouvernement marocain, en collaboration avec Maroc Lait, a annoncé une série de mesures visant à soutenir la filière laitière. Ces mesures d’urgence ont été mises en place dans le but de restaurer l’offre de lait sur le marché national.

Parmi ces mesures, on peut citer la subvention des aliments composés pour le bétail, qui permet aux éleveurs de réduire leurs coûts de production. De plus, le gouvernement a décidé d’exonérer de la TVA l’importation d’aliments simples et de fourrages, ce qui constitue une aide financière précieuse pour les éleveurs.

Le gouvernement a également mis en place une subvention pour l’achat de vaches laitières importées, valable jusqu’au 31 décembre 2026 ou jusqu’à ce que le nombre total de vaches bénéficiaires de l’aide atteigne 60 000 têtes de vaches. Cette subvention vise à encourager les éleveurs à augmenter leur cheptel laitier en acquérant des vaches de races étrangères.

De plus, une aide de 3 000 dirhams par tête est accordée pour l’acquisition de vaches laitières produites localement. Cette aide est accordée une seule fois pour les vaches de races indigènes sélectionnées et produites à l’échelle nationale dans les unités modèles d’élevage bovin. Ces mesures visent à encourager les éleveurs à se tourner vers les races locales et à soutenir la production nationale de lait.

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici