La BAD et la Côte d’Ivoire ouvrent des discussions préliminaires pour le nouveau programme d’actions 2023-2027

0
170

La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement de Côte d’Ivoire ont engagé, récemment à Abidjan, un dialogue préliminaire pour jeter les bases du nouveau programme d’actions de la Banque dans le pays pour les cinq prochaines années.

Conduite par, Joseph Ribeiro, la délégation de la Banque a échangé une semaine durant avec plusieurs parties prenantes et partenaires de Côte d’Ivoire, dont de hauts responsables gouvernementaux, mais aussi partenaires techniques et financiers de Côte d’Ivoire, représentants du secteur privé et de la société civile ivoiriens.

Les discussions ont porté sur la première version de la note de diagnostic-pays que la Banque a élaborée pour la Côte d’Ivoire et la préparation du rapport d’achèvement du Document de stratégie-pays (DSP) 2018-2022 de la Banque dans le pays, qui arrive à expiration à la fin de l’année, précise un communiqué de la BAD.

Le dialogue a également permis de passer en revue la performance du portefeuille des projets financés par la Banque en Côte d’Ivoire au titre de l’année 2022, ajoute la même source, notant que des enseignements ont ainsi pu être tirés de la coopération entre la Banque et la Côte d’Ivoire et des recommandations stratégiques et opérationnelles formulées, en vue d’améliorer les projets futurs.

«La Côte d’Ivoire est un partenaire stratégique de la Banque et ce dialogue avec les autorités et les autres parties prenantes nous a permis de faire un diagnostic complet de nos actions en Côte d’Ivoire et d’identifier les orientations stratégiques pour le futur Document de stratégie-pays qui portera sur la période 2023-2027, en lien avec les priorités du Plan national de développement 2021-2025 du gouvernement ivoirien», a déclaré le directeur général adjoint de la Banque pour l’Afrique de l’Ouest , Joseph Ribeiro.

Les échanges ont également porté sur le taux des projets non-performants qui est à 41 % alors qu’il avait été réduit à moins de 30 % à la fin 2021. À cet effet, il a été rappelé les raisons pour lesquelles les projets sont non-performants, à savoir les difficultés de démarrage des nouveaux projets, les délais d’exécution au-delà de 5 ans et les faibles taux de décaissement.

«La Banque est disposée à accompagner la Côte d’Ivoire dans son plan de développement et à apporter des ressources nécessaires dans les secteurs identifiés par les autorités comme leurs priorités. Les discussions ont porté également sur un besoin en soutien au capital humain, au renforcement de capacités, nous sommes prêts à examiner tout cela lors de nos discussions à proprement parler sur le futur document de stratégie pays pour la période 2023-2027», a conclu Joseph Ribeiro.

MAP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici