France-Afrique: les députés incitent Macron à revoir sa politique

0
146

Près d’une centaine de députés français ont adressé une lettre au président Emmanuel Macron au sujet de sa politique en Afrique en revenant sur le Maghreb et la question du Sahara. Cette énième tribune sur le sujet sera-t-elle celle de la prise de conscience du président français?

Cette lettre tribune, publiée par le Figaro, rassemble les idées unifiées de 94 députés français qui interpellent Emmanuel Macron sur sa politique délétère en Afrique, au Sahel et au Maghreb plus précisément.

Ils atribuent au président Macron, à sa vision et à sa stratégie, l’échec de la politique de la France dans les pays du Sahel- depuis le coup d’Etat au Mali, au Burkina Faso et puis maintenant avec le Niger, a indiqué dans un commentaire Mustapha Tossa, journaliste et spécialiste du Maghreb.

D’après lui, cette lettre-tribune est d’une « importance capitale » parce que ces députés « profitent de ce qui se passe au Sahel pour remettre en cause les choix maghrébins d’Emmanuel Macron.

Les députés français, dit Tossa, reprochent ainsi au président français ce qui est désormais connu sous l’appellation du « pari perdant de l’Algérie », comme cela a pu être prouvé par les événements tout au long de son premier quinquennat et à présent aussi pour son second.

Ces élus sont également concernés par la distanciation avec l’allié traditionnel de la France,le Maroc, et reprochent au président de la République d’avoir « risqué de perdre un allié important comme le Maroc ».

Dans sa lecture de cette tribune, Mustapha Tossa explique que ces députés « demandent ouvertement à Emmanuel Macron de ne plus jouer aux équilibristes, de sortir de cette situation d’atermoiement, et de reconnaître officiellement la souveraineté du Maroc sur le Sahara ».

L’éditorialiste affirme que cette sortie et cette charge d’élus français est « extrêmement importante », notamment pour le contexte dans lequel elle s’inscrit puisque la politique d’Emmanuel Macron au Sahel et au Maghreb est « remise en cause » par les événements et les acteurs politiques et médiatiques en France.

« C’est l’occasion de revenir sur un certain nombre de visions, de revoir cette politique et de changer de braquet », estime-t-il, notant qu’« Emmanuel Macron est sous la pression de ses députés pour revoir sa politique et ses relations avec les pays du Maghreb ».

Sur le dossier du Sahara marocain, « cette lettre révèle une amertume et une impatience de la part d’un certain nombre de députés important sur l’échiquier de la politique française », avance Tossa

Selon lui, les élus se demandent effectivement pourquoi les Etats-Unis, et des pays comme l’Allemagne et l’Espagne et Israël, « reconnaissent ouvertement la marocanité du Sahara, assument la souveraineté marocaine, et la France qui est traditionnellement un allié important du Maroc » (et qui présente des liens historiques, économiques, culturels et humains entre les deux pays) ne sort pas de la zone grise sous Emmanuel Macron.

« Il y a une incompréhension de la part de ces hommes politiques et ils font pression sur Emmanuel Macron », note le journaliste, relevant que ce genre de démarche peut porter ses fruits en dévoilant les vraies raisons qui empêchent Emmanuel Macron de reconnaitre la marocanité du Sahara, qui se cache derrière une volonté de ne pas déplaire au régime algérien.

Les tribunes et les appels de politiques français à revoir les relations de la France avec l’Afrique et en particulier avec le Maghreb se sont multipliés ces derniers mois. Elles font toutes état de profonds dysfonctionnements et d’un échec cuisant de la politique d’Emmanuel Macron depuis le début de sa présidence.

Même des diplomates sont sortis de leur réserve habituelle pour mettre les points sur les « i » et alerter les autorités françaises sur la dérive de tropisme algérien d’Emmanuel Macron et des risques que pourraient engendrer une rupture de l’amitié franco-marocaine pour les intérêts français.

Récemment, une tribune signée par la gauche française, publiée sur le journal Le Monde, a elle aussi lancé l’alerte en signalant « l’échec du dialogue d’Emmanuel Macron avec l’Afrique ».

Le président français, depuis son élection, « a voulu réécrire une nouvelle relation avec l’Afrique, il a fait énormément de promesses, lancée énormément d’idées sur le plan virtuel qui n’ont jamais été suivies par des politiques réelles que ça soit d’ordre économique, militaire ou stratégique », déplore la publication.

Selon Mustapha Tossa, ces promesses non tenues ont provoqué de l’amertume et des colères sans oublier que ces sentiments s’ajoutent à un changement de contexte en Afrique avec la concurrence lancée par deux autres grandes puissances, à savoir la Chine sur le plan économique et la Russie sur le plan militaire et « dans un certain nombre de pays musulmans de cet espace africain par la Turquie qui avait soufflé sur le sentiment antifrançais ».

Cette convergence de tous ces éléments ont fini par créer « ce rejet massif de la France et qui pose un énorme défi à la diplomatie française » qui a du mal à affronter et gérer ce rejet et qui ne sait plus comment maintenir une influence politique, militaire et économique dans cette région importante pour la France et pour l’Europe.

En conclusion, Mustapha Tossa assure que cette crise du Sahel que l’on voit aujourd’hui « a montré que ce régime algérien sur lequel Emmanuel Macron a fait tous ces paris, est en train de soutenir l’agenda russe dans la région dans l’obsession ouvertement assumée et le dégagisme français ».

Maintenant, dit-il, « Emmanuel Macorn doit se poser la question: Avais-je raison de faire un pari sur le régime algérien et de délaisser l’allié traditionnel marocain? ».

Agences

poup

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici