Forbes: Près de la moitié des plus grands philanthropes américains sont juifs.

0
89

Selon une liste établie par le magazine Forbes, près de la moitié des philanthropes américains ayant fait le plus de dons en 2022 sont juifs. Parmi les 25 donateurs les plus généreux recensés, 12 sont ainsi d’origine juive, marquant une surreprésentation par rapport à la proportion de Juifs dans la population globale du pays. 

Bien que leur fortune ait été impactée par la baisse globale du marché boursier l’année dernière, ces 25 philanthropes ont cumulé à eux tous 27 milliards de dollars de dons, soit plus qu’en 2021 où ils avaient distribué un total de 20 milliards de dollars. D’après Forbes, les dons cumulés par ces milliardaires au fil des années représentent la somme vertigineuse de 196 milliards de dollars. 

Parmi les milliardaires juifs présents sur la liste, le financier George Soros, qui a donné au moins 300 millions de dollars en 2022 pour soutenir entre autres la cause de la justice raciale et le travail humanitaire en Ukraine, ainsi que l’homme d’affaires et ancien maire de New York Michael Bloomberg qui a fait 1,7 milliard de dollars de dons pour aider des établissements scolaires, le développement des énergies propres ou la lutte contre les maladies cardiaques. 

Egalement au nombre de ces philanthropes le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, dont l’organisme de bienfaisance a fait don de plus de 900 millions de dollars pour financer notamment la recherche sur l’intelligence artificielle et la génomique dans les universités. A noter l’entrée dans cette liste des 25 de l’entrepreneur juif Serguey Brin,  cofondateur de Google. 

Il ressort ainsi des données publiées que les donateurs juifs recensés ne consacrent pas de dons importants à des causes spécifiquement juives.  Seules Lynn et Stacy Schusterman, issues de la dynastie pétrolière de Tulsa, à l’origine de 370 millions de dollars de dons en 2022, soutiennent la communauté juive de façon notoire. Il faut cependant souligner que la plupart des philanthropes d’origine juive ont fait des dons à de telles causes dans les années récentes.  

Soulignant que le niveau de richesse de ces donateurs est sans précédent, Andrés Spokoiny, président et chef de la direction du Jewish Funders Network, explique leur relatif désintérêt pour les causes juives par trois facteurs principaux : l’assimilation, l’inquiétude face aux problème majeurs mondiaux comme la réchauffement climatique, la guerre en Ukraine ou la pandémie, et enfin, le fait que certains craignent une stigmatisation en étant associés de façon trop évidente à la communauté juive. 

Avec i24NEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici